•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Année préparatoire de médecine en français : l’Université McGill refuse l'offre de l'Université d'Ottawa

Des étudiants marchent devant un pavillon de l'université.

Le campus de l'Université d'Ottawa (archives).

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

L'Université d'Ottawa (UdO) a confirmé vendredi après-midi qu'elle avait offert à plusieurs reprises à l’Université McGill une formation préparatoire en médecine entièrement en français, et que l'établissement d’enseignement supérieur de Montréal avait refusé cette offre.

Le ministre responsable de l'Outaouais, Mathieu Lacombe, avait aussi confirmé à l’émission Les Matins d’ici sur les ondes de Radio-Canada que l’Université d’Ottawa avait eu de nombreux pourparlers avec l’Université McGill afin d’offrir une formation préparatoire entièrement en français, mais que les discussions n’ont pas porté leurs fruits et ont été rompues.

En novembre 2018, il avait été annoncé que les cégépiens qui seront admis à la faculté satellite de médecine de l'Université McGill devraient d'abord suivre un programme préparatoire d'un an offert exclusivement en anglais à Montréal.

M. Lacombe est d’avis que chaque étudiant au Québec devrait avoir accès à sa formation 100 % en français et qu'il souhaitait pour sa part que la formation soit offerte à l’Université du Québec en Outaouais (UQO).

Je ne suis pas capable de consentir à ce qu’on envoie encore nos étudiants à Ottawa. [...] Quand nous prenons une décision comme celle de délocaliser nos étudiants à Ottawa, ce n’est pas une bonne décision dans un contexte où l’on veut développer l’UQO, a fait valoir M. Lacombe.

Mathieu Lacombe s'adresse aux journalistes.

Le ministre responsable de l'Outaouais, Mathieu Lacombe, souhaite trouver une solution dans le dossier de l’Année préparatoire en médecine.

Photo : Radio-Canada

Pour nous c'est une question de principe, on est un gouvernement nationaliste. On a l'intention de rapatrier nos services d'Ottawa parce que je pense qu'on est capable de le faire. On a tout ce que ça prend en Outaouais pour réussir ensemble sans être obligé encore de s'appuyer sur Ottawa comme on l'a fait pendant les 40 dernières années, ce qui fait en sorte qu'on traîne de la patte maintenant, a soutenu le ministre.

Le ministre Lacombe a cependant admis qu’il est trop tard pour la première cohorte qui va devoir suivre ses cours à Montréal.

Nous n’avons pas le choix, parce que le programme est sur les rails, le programme va rester tel quel jusqu’au moment où notre solution va arriver, a-t-il mentionné.

Mathieu Lacombe a rappelé qu’il va suivre ce dossier avec grande attention et qu’il souhaite qu’une solution soit trouvée le plus rapidement possible pour le bien de l’Outaouais.

Ce que nous pouvons dire pour l’instant : il y a un comité de travail McGill-UQO et ça avance, a mentionné dans un courriel, Gilles Mailloux, directeur des communications de l'UQO.

Avec les informations de Laurie Trudel

Ottawa-Gatineau

Éducation