•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Réactions partagées à l’approbation de la ligne de transmission Manitoba-Minnesota

Radio-Canada

Le ministre des Ressources naturelles du Canada, Amarjeet Sohi, a annoncé, vendredi, avoir approuvé le projet de ligne de transmission Manitoba‑Minnesota d'Hydro-Manitoba, afin de « stimuler l'économie et de protéger l'environnement ».

Le gouvernement du Canada voulait s'assurer que les préoccupations et les intérêts des peuples autochtones seraient compris et que des mesures d’accommodement seraient prises. « Le gouvernement du Canada estime s'être acquitté de son obligation », affirme le gouvernement dans un communiqué.

Les Canadiens comprennent que, pour que de bons projets puissent aller de l'avant et faire croître notre économie, nous devons protéger notre environnement et respecter les droits des peuples autochtones, ajoute Ottawa.

Le projet, qui a déjà reçu l’approbation de l’Office national de l’énergie (ONE), constituera le dernier maillon de la chaîne de production d’hydroélectricité des centrales du nord du Manitoba à la frontière américaine en passant par la ligne de transport Bipole III.

La nouvelle ligne devrait coûter environ 453 millions de dollars et faire passer la capacité d'exportation d'électricité de 2300 mégawatts à 3185 mégawatts.

Le ministre des Ressources naturelles, Amarjeet Sohi, à la Chambre des communes le 4 février.Le ministre des Ressources naturelles du Canada, Amarjeet Sohi, a annoncé avoir approuvé le projet de ligne de transmission Manitoba‑Minnesota de Hydro-Manitoba vendredi. Photo : The Canadian Press / Adrian Wyld

Le gouvernement du Manitoba a approuvé une licence environnementale pour le projet en avril. Le gouvernement fédéral avait jusqu'au 14 juin pour prendre sa décision.

Le gouvernement a entendu et compris les préoccupations soulevées par les groupes autochtones au sujet de l'annulation des conditions offertes par le gouvernement du Manitoba, affirme le ministère des Ressources naturelles, qui promet de continuer à travailler en partenariat avec les peuples autochtones pour faire progresser la réconciliation.

La FMM satisfaite

La Fédération Métisse du Manitoba (FMM) a accueilli favorablement les modifications apportées par le gouvernement du Canada aux conditions de la réalisation du projet.

Le vice-président de la région de Winnipeg de la FMM, André Carrière, dit être content du projet pour son apport économique.

Afin d’obtenir l’approbation du gouvernement fédéral, le Manitoba a dû s'engager à accorder un minimum de 20 % de contrats de construction avec achats auprès de fournisseurs autochtones, de contrats avec des sous-traitants autochtones, de même que l'embauche et la formation d'Autochtones.

Ça va aider l'économie surtout dans les entreprises métisses, dit-il.

L'année dernière, le gouvernement progressiste-conservateur a annulé le versement de 67,5 millions de dollars que prévoyait verser Hydro-Manitoba à la FMM, dans le but de recueillir son soutien pour des projets hydroélectriques.

Le premier ministre, Brian Pallister, avait estimé, à l'époque, que cet accord financier cherchait surtout à acheter la paix avec les communautés autochtones.

Le dossier est actuellement devant les tribunaux. André Carrière affirme que la balle est maintenant dans le camp du premier ministre manitobain. C'est l'occasion de négocier pour finalement finir le débat autour de ce projet, lance M. Carrière.

Des Premières Nations s’y opposent toujours

De leur côté, les Premières Nations membres du Traité numéro Un maintiennent leur opposition.

Dennis Meeches, chef de la réserve de Long Plain, affirme qu'il n'y a d'autre choix maintenant que de porter le dossier devant les tribunaux, car le projet va à l'encontre de leurs intérêts.

Un schéma du tracé de la ligne de transmission d'électricité entre Winnipeg et le Minnesota qui passe par les communautés de La Broquerie et Richer.Hydro-Manitoba veut passer des câbles à haute tension entre Winnipeg et le Minnesota, aux États-Unis, pour vendre son surplus d'énergie. Photo : Radio-Canada

Recommandations de l’ONE

Les Canadiens comprennent qu'un réseau électrique propre, moderne et résistant contribue à lutter contre les changements climatiques et à assurer la transition vers une économie économe en carbone. Le projet de ligne de transmission Manitoba‑Minnesota atteint ces objectifs tout en améliorant la compétitivité du marché de l'électricité et en créant de bons emplois pour la classe moyenne, a dit le ministre des Ressources naturelles.

Le gouvernement a également donné suite à 3 des 28 recommandations de l'ONE dans son rapport, notamment par la création d'un programme d'études sur les ressources terrestres et culturelles pour appuyer la réalisation d'études par des Autochtones sur des questions liées à la construction.

Ottawa demande également à l'ONE de modifier cinq conditions pour répondre aux préoccupations soulevées par les groupes autochtones lors des consultations

Manitoba

Énergie