•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les produits comestibles du cannabis sur les tablettes dès la mi-décembre au Canada

Le cannabis est légal au Canada depuis le 17 octobre 2018

Photo : Radio-Canada

Louis Blouin

Radio-Canada a appris que les produits comestibles et dérivés du cannabis seront offerts en vente légale à compter de la mi-décembre 2019 au pays. Friandises, boissons, crèmes pour la peau, haschich ou huile à vapoter : un vaste marché est sur le point de s’ouvrir au Canada.

Le gouvernement libéral a décidé que la deuxième phase de la légalisation du cannabis se déroulera après la prochaine élection fédérale.

Dans les faits, Ottawa avait promis que la vente de produits comestibles et de concentrés de cannabis serait autorisée au plus tard 12 mois après la légalisation, soit le 17 octobre 2019.

Selon nos informations, la réglementation qui entérinera ce changement entrera effectivement en vigueur le 17 octobre prochain. Or, les produits seront offerts en vente plus tard.

Le gouvernement s’attend à  l’apparition graduelle d’une sélection limitée de produits en magasin ou en ligne à compter de la mi-décembre 2019.

Le nouveau règlement sera implanté en octobre, mais il prévoit une période d’approbation de deux mois des nouveaux produits.

Il stipule que les titulaires d’une licence de transformation doivent fournir à Santé Canada, au moins 60 jours avant la mise en vente d’un produit du cannabis, un avis écrit indiquant la catégorie de cannabis du produit, une description du produit (y compris le nom commercial) et la date prévue de la mise en vente.

Ottawa ajoute que les entreprises auront besoin de temps pour se familiariser avec les nouvelles règles et les nouveaux produits.

Les détaillants auront aussi besoin d’un moment pour acheter et obtenir les produits avant qu’ils ne soient offerts en vente.

Ce sont les provinces et les territoires qui seront chargés d’encadrer la distribution. Ils décideront où et comment cette nouvelle gamme de produits sera vendue.

Nous sommes déterminés à collaborer étroitement avec les provinces, les territoires et l’industrie dans les prochaines semaines pour préparer la mise en œuvre efficace de cette nouvelle réglementation. 

Bill Blair, ministre de la Sécurité frontalière et de la Réduction du crime organisé

La commercialisation du cannabis séché l’automne dernier avait nécessité son lot d’ajustements et avait été marquée par des problèmes d’inventaires.

Le gouvernement libéral doit dévoiler la version finale de sa réglementation sur les produits comestibles et dérivés aujourd’hui.

Boissons, bonbons, haschich

Ottawa autorisera une vaste sélection de produits dérivés du cannabis, qu’ils soient sous forme comestible, concentrée ou même à usage topique.

Des friandises au cannabis, des gâteaux, de l’huile concentrée à vapoter, du haschich ou des produits de beauté pourront voir le jour.  

Une grande variété de produits permettra de supplanter le marché illégal, selon Santé Canada.

Les possibilités sont immenses, particulièrement en ce qui concerne les produits comestibles. Ils devront être stables, c'est-à-dire qu’ils ne devront pas être réfrigérés ni congelés. Si de la viande est utilisée, elle devra être séchée.

Selon nos informations, les autorités gouvernementales s’attendent à recevoir une avalanche de demandes de licences de transformation.

De nombreuses entreprises veulent se lancer à la conquête de ce nouveau marché prometteur.

Nombreuses restrictions

Les libéraux accompagnent cette nouvelle étape de règles strictes.

Les produits devront être emballés de manière sécuritaire, contenir une quantité limitée de THC (10 milligrammes par unité ou emballage pour les produits comestibles) et ne pas être attrayants pour les enfants.

Ils ne pourront être mélangés ni à de l’alcool ni à une quantité de caféine excédant 30 milligrammes par unité.

Il sera impossible de les enrichir de vitamines, de minéraux ou de substances toxiques ou délétères.

Les emballages, neutres, contiendront des mises en garde et des informations sur la concentration du produit.

Une équivalence en cannabis séché sera aussi indiquée pour aider les usagers à s’y retrouver.

La ministre de la Santé, Ginette Petitpas-Taylor, enjoint d’ailleurs aux consommateurs de cannabis au pays de le conserver en lieu sûr, hors de la portée des enfants.

À l’issue d’un processus de consultation, le gouvernement n’a pas apporté de changements majeurs à sa réglementation finale si on la compare à celle proposée en décembre dernier.

Certaines mesures ont été renforcées pour restreindre davantage la publicité et l’affichage d’une marque associée au cannabis.

Par ailleurs, il sera interdit de fabriquer des produits à base de cannabis dans les mêmes installations que des produits alimentaires normaux.

Louis Blouin est correspondant parlementaire à Ottawa

Cannabis

Société