•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

En attente d’une vision stratégique pour l’Arctique

Des morceaux de glaces flottent dans l'eau.

Le rapport du comité sénatorial sénat dur l'Arctique dresse le portrait d’une région aux prises avec des décennies de négligence en matière d’infrastructures et d'actions face aux changements climatiques.

Photo : Radio-Canada / Mario De Ciccio

Mario De Ciccio

En déposant son rapport sur l’Arctique canadien, mardi, le Comité sénatorial spécial sur l’Arctique a rappelé le besoin criant d’une vision fédérale pour l’avenir du Nord. Cette vision doit être le point central du Cadre stratégique pour l’Arctique, mais elle se fait toujours attendre.

Par courriel, le Bureau de la ministre des Relations Couronne-Autochtones et des Affaires du Nord, Carolyn Bennett, a indiqué jeudi toujours étudier le rapport du sénat.

Le bureau de la ministre estime toutefois que les recommandations du rapport s’alignent avec plusieurs des actions déjà prises par le gouvernement auprès des communautés.

Au centre du travail du gouvernement, il y a le Cadre stratégique pour l’Arctique et le Nord qui doit venir orienter les priorités, les activités et les investissements du gouvernement du Canada dans l’Arctique jusqu’en 2030.

Plan rapproché de Mme Bennett s'exprimant devant un micro.

Carolyn Bennett, ministre des Relations Couronne-Autochtones et des Affaires du Nord,

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

Si les deux députés libéraux du Nord, Michael McLeod des Territoires du Nord-Ouest et Larry Bagnell du Yukon, n’étaient pas en mesure mercredi de dire quand le cadre stratégique serait dévoilé, le Bureau de la ministre Bennett assure que plus d’information sera disponible « au cours des prochaines semaines. »

Le Bureau de la ministre pointe aussi vers les 700 millions de dollars réservés pour le nord dans le budget 2019.

Le comité sénatorial s’attendait au début de son travail que le cadre stratégique soit déposé avant la publication de son rapport. Mais la vice-présidente du comité, la sénatrice du Manitoba, Patricia Bovey, se dit finalement contente que son rapport vienne combler le vide en attendant celui du gouvernement et elle espère que les recommandations seront prise en compte.

Le sénateur Patterson et la sénatrice Bovey devant des microphones en conférence de presse.

Le président du le Comité sénatorial spécial sur l’Arctique, le sénateur du Nunavut Dennis Patterson, et la vice-présidente, la sénatrice du Manitoba, Patricia Bovey.

Photo : Radio-Canada

Déposé mardi le rapport du comité sénatorial formule 30 recommandations en matière de politiques, de logement, d’énergie et de protection de l’art et des langues autochtones.

Il en conclut aussi que ce sont les habitants du Nord canadien qui connaissent le mieux les solutions à leurs problèmes et qu'Ottawa se doit de leur confier plus de responsabilités décisionnelles, tout en leur offrant de l'investissement et un soutien continu.

Les programmes pour le Nord fabriqués dans le Sud n’ont pas nécessairement les bonnes solutions. Ils ne fonctionnent pas dans le Nord.

Patricia Bovey, sénatrice du Manitoba

Selon la vice-présidente du comité, l’une des recommandations les plus importantes est d’assurer la position d’un ministre responsable du Nord, avec son propre portefeuille dans le cabinet.  

Les Affaires du Nord étaient reliées au ministère des Affaires autochtones avant la refonte de celui-ci en 2017. La responsabilité du Nord a ensuite été rattachée au ministère des Relations Couronne-Autochtones avant d’être remise au ministre Dominic LeBlanc des Affaires intergouvernementales et du Commerce intérieur lors d’un remaniement ministériel.

Les deux hommes à une table lors d'un symposium.

Le premier ministre ténois Bob McLeod (gauche) dit avoir confiance en sa relation avec le ministre Dominic LeBlanc (droite).

Photo : Radio-Canada / Mario De Ciccio

En fin avril, le ministre LeBlanc a dû prendre congé de ses responsabilités pour lutter contre un cancer et le Nord est revenu entre les mains de la ministre Carolyn Bennett des Relations Couronne-Autochtones.

Selon le président du comité, le sénateur du Nunavut, Dennis Patterson, certains partenaires dans le nord sont confus sur qui ils doivent faire affaire depuis la refonte du ministère.

La sénatrice Patricia Bovey ajoute cependant que le bon travail qu’a fait le ministre LeBlanc au cours de la dernière année auprès des communautés du Nord ne fait que solidifier le besoin d’un ministre des Affaires du Nord.  

Une femme et sa fille marchent dans la rue de Resolute qui, au loin, donne sur la baie de Resolute et l'étendue de l'Arctique.

Situé dans la région de Qikiqtaaluk au Nunavut, la communauté de Resolute compte un peu moins de 200 habitants.

Photo : Radio-Canada / Mario De Ciccio

Le Yukon mal représenté, selon sa sénatrice

En entrevue avec CBC mercredi, la sénatrice du Yukon, Pat Duncan, s’est dite ravie de certaines recommandations dans le rapport, mais rajoute aussi y voir un manque de représentation de son territoire.

« Un des points qui m’a troublé dans le rapport est la recommandation de soutenir le gouvernement du Nunavut pour la création d’une université de l’est de l’Arctique, cite-t-elle comme exemple. Il n'y a aucune mention de l'Université du Yukon. »

L’ancienne première ministre du Yukon n’avait pas encore été nommée sénatrice lors de la création du comité spécial.  

Elle se joint à présent aux membres du comité spécial qui espèrent que le comité sera de retour en tant que comité permanent après les élections. Elle espère aussi avoir un rôle actif dans ce comité.

Grand-Nord

Politique fédérale