•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Discorde autour de la contribution des commerces pour l'entretien des stationnements à Tadoussac

La devanture de la microbrasserie Tadoussac

Photo : Radio-Canada / Benoit Jobin

Radio-Canada

À Tadoussac, un conflit s'étire depuis un peu plus d'un an entre la microbrasserie de Tadoussac et la Municipalité au sujet du montant à payer en taxes pour l'entretien des stationnements municipaux.

La Microbrasserie Tadoussac estime que la somme imposée par la Municipalité pour pallier le manque de stationnement est démesurée.

Les commerçants plaident que cette taxe, telle qu'elle est calculée en ce moment, nuit grandement au développement de l'entreprise.

Les diverses variétés de bières offertes sont indiquées sur un tableau à la craie au-dessus du bar.

À l'intérieur de la Microbrasserie Tadoussac

Photo : Radio-Canada / Benoit Jobin

La Municipalité de Tadoussac a commencé à imposer une taxe de stationnement virtuelle, comme les places de stationnement autour de ses commerces se font rares.

Les commerces paient un montant pour chaque place qu'ils empruntent à la Municipalité dans les stationnements municipaux.

En retour, Tadoussac investit pour entretenir ces stationnements.

La microbrasserie dénonce une mauvaise application de la réglementation.

Deux personnes sont assises à l'un des tables près de la rue.

La terrasse de la microbrasserie Tadoussac

Photo : Radio-Canada / Benoit Jobin

Selon elle, elle doit payer beaucoup plus cher que les autres commerçants de la Municipalité et sans aucune raison valable.

Selon la réglementation, elle doit payer 30 000 $ pour les 96 places assises qu'elle possède.

C'est près du double que ce qu'ont dû payer les autres commerces de capacité similaire.

Avec les projets d'agrandissement qu'ils préparent, les propriétaires devront payer 70 000 $ de plus pour ajouter une vingtaine de places à l'établissement.

Les propriétaires demandent une dérogation mineure qui leur éviterait de payer cette somme.

Assis à une table de la microbrasserie, ils expliquent leur point de vue à la journaliste.

Deux des dirigeants de la microbrasserie Tadoussac

Photo : Radio-Canada / Benoit Jobin

On sait qu’ils ne changeront pas le règlement qui nous touche tout de suite, même s’ils vont avoir cette réflexion-là un moment donné, ça va prendre un an, un an et demi, peut-être deux ans avant qu’on arrive à un règlement qui vraiment être adopté donc là, nous, ça ne règle pas notre problème, cet été on veut asseoir nos 28 personnes de façon légale, on veut s’entendre avec la Ville, indique Marilyne Gagné, copropriétaire de la Microbrasserie Tadoussac.

De son côté, la Municipalité se défend de faire du favoritisme.

Elle plaide que certains commerçants ont bénéficié de droits acquis lors de l'implantation du règlement municipal, mais qu'elle ne veut pas créer de jurisprudence en accordant des dérogations.

Au début, ce n’était pas très cher, après ça on s’est rendu compte que ce n’était pas suffisant pour les besoins que l’on avait pour aménager des stationnements tout ça, il a augmenté, précise le maire de Tadoussac, Charles Breton. En même temps, on s’est fié à ce qui s’est fait ailleurs. Il y a plusieurs municipalités qui ont des règlements comme ça, c’est des municipalités très touristiques en général, ça commence à 5000 $ les cinq premières, donc en partant les cinq places c’est 25 000 $. Nous, les cinq premières c’est 5000 $, c’est cinq fois moins.

Charles Breton, maire de Tadoussac.

Charles Breton, maire de Tadoussac.

Photo : Courtoisie Lise Gagnon

La Municipalité affirme par ailleurs qu'elle est en train de revoir la réglementation sur les stationnements.

En attendant, la microbrasserie devra soit reporter son expansion ou payer 70 000 $, deux options qui pourraient mettre l'entreprise en danger, selon les propriétaires.

D’après le reportage de Marie-Jeanne Dubreuil

Côte-Nord

Politique municipale