•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Résultats mitigés pour un projet d'artistes autochtones en résidence à Hearst et à Constance Lake

Trois femmes manipulant des morceaux de tissus.
Le projet MAMO a regroupé des gens de Hearst et de Constance Lake pour la confection de courtepointes. Photo: Mélissa Vernier
Francis Bouchard
Miguel Lachance

Des résidents de Hearst et de la Première Nation de Constance Lake souhaitent voir le renouvellement du programme d’artistes autochtones en résidence MAMO, même s’il a été marqué par le départ controversé de l’artiste Samantha Mathews.

Mme Mathews, originaire de la région des baies James et Hudson, allègue qu’elle a été victime de racisme durant son séjour à Hearst.

Un autoportrait d'une jeune fille et une oeuvre représentant un ours. L'artiste Samantha Mathews et une de ces oeuvres. Photo : Samantha Mathews

La responsable du projet et professeure à l’Université de Hearst, Mélissa Vernier, explique la position de l’artiste.

Elle avait l’impression que ce serait malhonnête d’elle de se présenter là dans un projet de réconciliation quand elle trouvait que l’objectif n’avait pas été atteint.

Mélissa Vernier, responsable du projet d'artiste en résidence MAMO

Des responsables du projet MAMO ont dévoilé la semaine dernière des courtepointes confectionnées par des élèves et des adultes de Hearst et de la Première Nation de Constance Lake.

Une courtepointe montrant différents symboles de Hearst, de Constance Lake et du Nord de l'Ontario.Le dévoilement a eu lieu le 7 juin au Centre d'éducation holistique Mamawmatawa de Constance Lake. Photo : Mélissa Vernier

La cérémonie devait avoir lieu en avril, mais elle a été reportée en raison du départ de l’artiste, qui était arrivée en mars.

Malgré cela, des membres des deux communautés espèrent que le projet sera de retour, pour continuer à promouvoir la réconciliation avec les Autochtones, explique Mme Vernier.

Les gens croient dans ces objectifs-là, ils croient que, dans une certaine mesure, le projet les a atteints.

Mélissa Vernier

Oui il y a des choses à améliorer, admet-elle toutefois.

Le conseiller municipal de Hearst Gaëtan Baillargeon espère de son côté que plus de gens y participeront l'an prochain.

Le comité organisateur examinera le programme pour tenter de l'améliorer pour la prochaine année.

Nord de l'Ontario

Autochtones