•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’édaravone doit être accessible aux 600 Québécois atteints de SLA, clame Mario Goupil

Lisette Joyal et Mario Goupil derrière des boites contenant de l'édaravone.

Lisette Joyal et son conjoint Mario Goupil demandent aux gouvernements provincial et fédéral de rendre disponible l'édaravone pour les personnes atteintes de la SLA.

Photo : Radio-Canada / Guylaine Charette

Radio-Canada

Au moment où Lisette Joyal est sur le point de recevoir sa première dose d’édaravone, un médicament qui ralentit la progression de la sclérose latérale amyotrophique (SLA), son conjoint Mario Goupil revient à la charge. Il demande aux gouvernements provincial et fédéral de rendre disponible le traitement.

L'édaravone, fabriqué au Japon, est reconnu par Santé Canada, mais est accessible seulement par importation privée. Lisette Joyal et Mario Goupil ont déboursé 2 200 dollars pour trois mois de traitement. Les six boîtes de ce précieux médicament ont été livrées à leur porte mercredi.

C'est tout un cadeau, c'est de l'espoir qui vient d'arriver. Avec ça au moins je me dis go, vas-y fonce, lâche pas, tu prends ce qui est là et ce qui beau pour toi.

Lisette Joyal, atteinte de la SLA

Deuxième bonne nouvelle: les injections par intraveineuse se feront à l'hôpital. Autrement, le couple aurait dû payer une somme de plus de 2 500 dollars pour trois mois dans le réseau privé.

Le combat de Mario Goupil se poursuit

Depuis plus d'un mois, l’ancien chroniqueur au quotidien La Tribune multiplie les appels aux deux paliers de gouvernement pour rendre le médicament accessible. Il interpelle notamment la ministre de la Santé et le premier ministre du Québec.

Madame McCann, Monsieur Legault, je peux comprendre que vous ne vouliez pas me parler, mais je vous supplie d’aider ma femme et les 599 autres Québécois qui sont atteints de cette horrible maladie, a lancé Mario Goupil lors d’une conférence qui a eu lieu jeudi au domicile du couple sherbrookois.

Des fioles contenant de l'edaravone.

L'édaravone, fabriqué au Japon, est reconnu par Santé Canada, mais est accessible seulement par importation privée.

Photo : Radio-Canada / Guylaine Charette

Il affirme n’avoir reçu aucune réponse le part Québec et déplore l’inaction des gouvernements.

Il y a des gens qui vont mourir cet été et qui auraient peut-être pu recevoir de l'aide.

Récemment Danielle McCann avait affirmé que les négociations se poursuivent avec le fabricant du médicament.

Estrie

Santé