•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Brutalité policière : la vidéo de l’agression a changé les choses, croit Patrice Simard

Patrice Simard. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

La vidéo de surveillance dans laquelle on voit Gary Basso frapper au visage Patrice Simard a pesé lourd dans la condamnation du policier d’Halifax, croit l’homme qui a été victime de cette agression.

Patrice Simard a eu le nez cassé après avoir été frappé par l’agent Basso de la Police régionale d’Halifax, le 25 février 2018.

À son procès, Gary Basso s’était défendu en affirmant que c’était Patrice Simard qui l’avait frappé le premier. Or, la vidéo de surveillance ne semble pas appuyer les dires du policier.

M. Simard croit que l’existence de cette vidéo a été le point majeur qui a influencé la juge qui a prononcé le verdict de culpabilité à l’endroit du policier.

Mercredi, Gary Basso a été reconnu coupable de voies de fait ayant causé des lésions corporelles.

Photo de Patrice Simard avec un oeil au beurre noire.Une photo de Patrice Simard prise le 5 mars 2018 et présentée au procès du policier Gary Basso. Photo : Radio-Canada / Elizabeth Chiu

À ce moment-là, j'étais en situation de détresse... itinérant... Et puis je pense que ma parole contre la sienne - contre celle d'un policier - n’aurait peut-être pas eu la même valeur, dit Patrice Simard.

Selon M. Simard, il est difficile pour un citoyen de faire condamner un policier. Généralement, ces choses-là, on n'est pas vraiment gagnant, observe-t-il.

Le soutien qu’a reçu Patrice Simard lui a donné confiance, dit-il. Ce n’est pas lui qui a déposé la plainte. C'est quelqu’un qui a été témoin de la situation, et qui a trouvé ça déplorable, explique-t-il. J'ai accepté de continuer parce qu'on m'a convaincu que des choses comme celles-là, c'est inacceptable.

Gary Basso en cour provinciale à Halifax le 5 décembre 2018.Le policier Laurence Gary Basso a été reconnu coupable de voies de fait ayant causé des lésions corporelles. Photo : La Presse canadienne / Andrew Vaughan

L’agent Gary Basso, présentement suspendu avec solde par le service policier d’Halifax, reviendra en cour le 7 octobre pour connaître sa sentence. Son avocat n’a pas encore indiqué s’il portera le jugement en appel.

Je crois que justice a été rendue, conclut Patrice Simard. Ça a été prouvé : je n'avais rien fait pour mériter un traitement comme ça.

Avec des renseignements de Stéphanie Blanchet

Nouvelle-Écosse

Forces de l'ordre