•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Deux orignaux orphelins s’offrent du soutien au Yukon

Deux bébés orignaux couchés ensemble sur une couverture dans un enclos avec des branches.
Les deux orignaux orphelins, Dawson et Watson, ont eu de la chance dans leur malchance, puisqu'ils se sont retrouvés ensemble. Photo: Radio-Canada / Philippe Morin
Radio-Canada

Leur survie n’est pas encore assurée, mais depuis que Dawson et Watson se sont rencontrés à la Réserve faunique du Yukon, les vétérinaires remarquent que l'état de santé des deux jeunes orignaux s'est grandement amélioré.

Âgés d'environ 5 semaines, ils ont été découverts seuls à quelques semaines d'écart par des agents de conservation de deux régions différentes du territoire.

Une femme est assise à côté des bébés orignaux sur une couverture dans un enclos.La vétérinaire Maria Hallock caresse les deux petits orignaux comme l'aurait fait leur mère. Elle a par ailleurs accroché des branches dans l'enclos pour leur permettre de se nourrir debout. Photo : Radio-Canada / Philippe Morin

Dawson se promenait seul à Faro depuis plusieurs jours, alors que Watson a été trouvé après que sa mère a été heurtée par une voiture, près de Watson Lake.

Les responsables de la Réserve affirment qu’il est rare de recevoir deux orphelins d’une même espèce dans une période rapprochée.

Le défi avec les bébés animaux, c’est qu’ils voient l’humain comme étant une menace, ce qui leur cause encore plus de stress après avoir déjà perdu leur mère et s'être retrouvés dans un environnement étranger. Ils vivent beaucoup de pression.

Maria Hallock, vétérinaire de la Réserve faunique du Yukon
Bébé orignal couché dans une cage de plastique.Trouvé près de Watson Lake, le bébé orignal nommé Watson a été transporté à la Réserve faunique du Yukon dans une grande cage pour chiens. Photo : Bailey White

La vétérinaire affirme que les deux orignaux ont des personnalités bien différentes. Dawson est plus timide, dit-elle, et le stress a vite affaibli son système immunitaire, si bien qu’il a eu une pneumonie. « Mais il va beaucoup mieux depuis que l’autre est arrivé », précise-t-elle.

En fait, le lien s’est fait de façon automatique, explique Maria Hallock.

Ils sont inséparables, ils ne peuvent plus se passer l’un de l’autre. Ils dorment ensemble, marchent ensemble et ils apprennent des choses l’un de l’autre, ce qui vraiment génial.

Maria Hallock, vétérinaire de la Réserve faunique du Yukon

Un avenir incertain

Mais les deux jeunes animaux ne sont pas tirés d'affaire. Les responsables s’attendent à ce que leur santé connaisse encore des hauts et des bas. « Leurs chances de survie sont bonnes, mais elles ne sont pas assurées », affirme Maria Hallock.

La vétérinaire affirme toutefois que, avec les soins qu'ils reçoivent à la Réserve, leurs chances de survie sont nettement meilleures que s’ils avaient été laissés dans la nature sauvage où, sans leur mère, ils n’auraient pas survécu.

Gros plan de la tête d'un bébé orignal sortant la langue.Dawson et Watson apprennent ensemble à se nourrir de végétation, mais ils sont encore nourris principalement avec du lait spécial. Photo : Radio-Canada / Philippe Morin

Les deux orignaux sont nourris avec un lait spécialement préparé pour les ongulés et commencent à se nourrir de végétation.

Ils s’ajoutent ainsi aux trois autres orignaux de la Réserve.

Une fois suffisamment indépendants, Watson et Dawson occuperont un enclos loin du public. Par la suite, ils pourront rejoindre les adultes dont deux ont été également retrouvés orphelins il y a plusieurs années.

Avex les informations de Elyn Jones et Philippe Morin

Grand-Nord

Animaux