•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La croissance de la production de pétrole plus faible que prévu au Canada

Un chevalet de pompage dans un champ de l'Alberta au coucher du soleil.
La production canadienne de pétrole brut augmentera de 1,44 % par année d'ici 2035, selon des récentes prévisions. Photo: Radio-Canada / Tiphanie Roquette
Radio-Canada

Si l’Association canadienne des producteurs pétroliers (ACPP) anticipe une croissance de la production de pétrole brut au Canada d’ici 2035, elle sera moins importante que prévu, révèle-t-elle dans un rapport.

La production de pétrole brut, qui, en 2018, représentait 4,59 millions de barils par jour, passerait à 5,86 millions de barils par jour en 2035.

Par contre, même en augmentant de 1,44 % par année, dit l'ACPP, la croissance de la production de pétrole brut serait ainsi à moitié moins élevée que les prévisions faites en 2014.

En 2019, par ailleurs, les investissements dans le secteur pétrolier et gazier au Canada devraient se chiffrer à 37 milliards de dollars. Une diminution par rapport à 2014, où ils s’élevaient à 81 milliards de dollars.

Tim McMillan, président et directeur général de l’ACPP, attribue cette situation au manque de pipelines pour acheminer le pétrole canadien vers de nouveaux marchés ainsi que les politiques au pays.

Par exemple, le projet de loi C-69, qui doit réformer le processus d'évaluation de l’impact environnemental des projets d’énergie, fait craindre le pire aux investisseurs. « Les entreprises de pipelines ont toutes dit que, si le projet de loi C-69 va de l’avant dans sa forme actuelle, rien ne sera construit », a expliqué M. McMillan au Global Petroleum Show, à Calgary.

Les prévisions du rapport de l'ACPP se fient déjà à la construction des pipelines : Keystone XL, la ligne 3 d'Enbridge et Trans Mountain, soit trois projets qui font face à une grande opposition et à des retards, faute d’autorisation.

« Je reste en quelque sorte pessimiste parce que l'attitude canadienne n’a pas encore changé. Nous devons reconnaître et apprécier ce que nous avons dans ce pays », dit Martha Hall Finlay, la présidente du groupe de réflexion Canada West Foundation.

Cette dernière garde quand même espoir que l’industrie pétrolière, Ottawa et les groupes opposés arrivent à des compromis pour assurer un avenir à l’industrie pétrolière canadienne.

Avec des informations d’Audrey Neveu

Alberta

Industrie pétrolière