•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La laïcité et l'immigration sous le bâillon

Simon Jolin-Barrette, debout à l'Assemblée nationale, applaudit.

Le leader parlementaire du gouvernement et ministre de l'Immigration, de l'Inclusion et de la Diversité, Simon Jolin-Barrette, est responsable des deux projets de loi.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Radio-Canada

Le gouvernement de François Legault aura recours à une procédure d'exception, le bâillon, pour faire adopter les projets de loi sur la laïcité et l'immigration.

Les séances d'adoption auront lieu samedi et dimanche. Chaque journée sera consacrée à l'un des deux projets de loi, soit le projet de loi 21 sur la laïcité et le projet de loi 9 sur la réforme du système d'immigration, mais pas nécessairement dans cet ordre.

Vendredi sera la dernière journée de travaux parlementaires, selon le calendrier prévu.

En agissant ainsi, le gouvernement caquiste veut en découdre avec ce qu'il appelle l'« obstruction » des libéraux.

Le premier ministre François Legault invoque aussi la volonté de son électorat. « Je me fais arrêter sur la rue pour me faire dire : "Monsieur Legault, tenez le coup le plus vite possible. Adoptez votre projet de loi pour interdire les signes religieux aux personnes qui sont en autorité'' », a-t-il déclaré.

Je ne pense pas qu'une semaine de plus, ou deux semaines de plus, ou deux mois d'obstruction des libéraux, que ça va changer [quelque chose].

François Legault, premier ministre du Québec

La réaction de Québec solidaire n'a pas tardé. Son co-porte-parole Gabriel Nadeau-Dubois a écrit sur sa page Facebook que « le bâillon, c'est un obstacle à la démocratie parlementaire, voire antidémocratique tout court ».

Ça prend une méchante bonne raison pour bâillonner les oppositions. Et, en ce moment, le gouvernement Legault n’en a pas. Il n'y a aucune raison de se presser quand on enlève des droits.

Gabriel Nadeau-Dubois, député de Québec solidaire

Le leader parlementaire de l'opposition officielle, Sébastien Proulx, fulminait en apprenant la nouvelle par les médias. On va perdre notre temps ce soir si c’est vrai. On recommence la commission à 19 h 30. Nous, on n’a pas reçu de convocation.

Il croit qu’il est encore possible de s’entendre, notamment dans le cas du projet de loi 9 sur la réforme de l'immigration et le traitement des 18 000 dossiers en attente.

Actuellement, ils créent [la CAQ, NDLR] une crise autour des travaux parlementaires, là où il n'y en a pas, ajoute M. Proulx.

Ces travaux ont été particulièrement houleux, souvent ponctués de sarcasmes, selon nos analystes.

Pour le projet de loi sur l'immigration, plus de la moitié des 21 articles n'avaient pas encore été abordés, alors que l'étude était tout aussi laborieuse pour le texte sur la laïcité.

Mardi soir, le ministre Simon Jolin-Barrette a accepté d'inclure dans son projet de loi une définition des signes religieux, soit « tout objet, notamment un vêtement, un symbole, un bijou, une parure, un accessoire ou un couvre-chef », qui serait « porté en lien avec une conviction ou une croyance religieuse » et « raisonnablement considéré comme référant à une appartenance religieuse ».

Avec des informations de Martine Biron

Politique provinciale

Politique