•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Procès Mukendi : la plaignante se défend d'avoir « créé un scénario »

Paul Mukendi dans les couloirs du palais de justice de Québec

Paul Mukendi (au centre) est accusé d'agressions sexuelles, de menace de mort et de voies de fait armées.

Photo : Radio-Canada

Yannick Bergeron

Au procès du révérend Paul Mukendi, accusé d'agressions sexuelles, de menaces et de voies de fait armées, la présumée victime s'est défendue d'avoir inventé toute l'histoire.

Tout ce qui j'ai raconté ici est arrivé. Je l'ai bien vécu, a-t-elle affirmé, alors qu'elle répondait aux questions de l'avocate de Paul Mukendi.

Me Dominique Bertrand, venait de lui suggérer que ses accusations étaient le fruit d'une imagination fertile.

Vous vous êtes créé un scénario, lui a lancé Me Bertrand, ce à quoi l'accusatrice à répliqué : vous avez tort.

L'avocate de la défense a fait valoir qu'aucun témoin ne pouvait venir corroborer ses allégations.

Après cinq jours à la barre, le témoignage de la présumée victime a pris fin.

De l'aide financière demandée?

Au troisième jour de son contre-interrogatoire par la défense, elle a confirmé avoir demandé à plusieurs reprises des sommes d'argent à l'accusé.

La défense lui a présenté plusieurs captures d'écran d'échange de courriels ou de messages textes dans lesquelles elle demandait de l'aide financière au révérend.

La femme de 31 ans a aussi indiqué que Mukendi lui versait 300 $ par mois pour payer son logement.

Elle a aussi avoué avoir déjà menti dans un autre témoignage à la cour, il y a une dizaine d'années, mais c'était à la demande de l'accusé, jure-t-elle.

La poursuite fera entendre son deuxième témoin vendredi.

Québec

Justice et faits divers