•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pont Lamèque-Shippagan : la véloroute est-elle tombée à l'eau?

Le pont Lamèque-Shippagan.

Le pont Lamèque-Shippagan

Photo : Radio-Canada / René Landry

René Landry

Le comité du pont Lamèque-Shippagan a bien compris que la véloroute ne faisait pas partie des plans du gouvernement du Nouveau-Brunswick en vue de la construction d'un nouveau pont.

Les responsables du comité ont rencontré le ministre des Transports et de l'Infrastructure du Nouveau-Brunswick, Bill Oliver, le 23 mai dernier, à Fredericton.

Le pont Lamèque-Shippagan.

Le pont Lamèque-Shippagan

Photo : Radio-Canada / René Landry

La véloroute, c'est une possibilité, précise Sébastien Haché, président du comité du pont. Mais, à la suite de notre rencontre et nos échanges avec le ministre, il n'y a pas d'intention présentement de faire une voie pour la véloroute. Le comité de la Véloroute de la Péninsule acadienne va devoir continuer à travailler là-dessus. Pour la planification actuelle du futur pont, la véloroute n'est pas incluse. Mais on souhaite qu'elle le soit dans [l'avenir].

Le directeur général de la Véloroute de la Péninsule acadienne, Serge Dugas, encaisse le coup. Son groupe devra redoubler d'efforts, dit-il, pour convaincre le gouvernement.

Serge Dugas en entrevue près d'une piste cyclable.

Serge Dugas, directeur général de la Véloroute de la Péninsule acadienne

Photo : Radio-Canada

Au ministère des Transports, on ne semble plus appuyer le besoin d'une voie séparée et sécuritaire pour le transport actif sur le nouveau pont, déplore-t-il. On a deux régions qui sont très bien développées de chaque côté du pont, que ce soit à Shippagan ou à Lamèque et Miscou.

Le pont actuel est très dangereux, ajoute-t-il. La surface est glissante. C'est un grillage. Le trottoir est trop haut. C'est seulement d'un côté, indique M. Dugas.

Un projet rassembleur

Serge Dugas insiste sur le fait qu'il s'agit d'un projet rassembleur pour les régions et les municipalités. Il s'agit, selon lui, d'une occasion extraordinaire.

Avec un nouveau pont, on pourrait faire un sentier bidirectionnel, qui irait dans les deux sens, en étant séparé de la circulation automobile, explique-t-il. Les gens n'auraient pas à traverser la route. Pour les enfants et les familles, ce serait un parcours de rêve.Je ne peux pas imaginer qu'il n'y aura pas de voie cyclable identifiée et séparée sur ce pont. Je ne peux pas concevoir qu'on ait un si beau tracé sans un lien entre les deux. Il faut qu'on soit un peu créatif, imaginatif.

Par ailleurs, le président du comité du pont Lamèque-Shippagan, Sébastien Haché, indique qu'il ne reste que deux options envisagées par le gouvernement : le tracé du côté est du pont actuel et celui du côté ouest.

Vue du côté est du pont Lamèque-Shippagan.

Vue du côté est du pont Lamèque-Shippagan

Photo : Radio-Canada / René Landry

Il va y avoir deux études, une sur les courants et une autre environnementale, ajoute-t-il. On a été mandaté par le ministère des Transports et [et de l']Infrastructure pour prendre le pouls de la population. On a consulté les groupes clés. L'option du tracé à l'est du pont actuel a été privilégiée de manière unanime. On a transmis cette information au ministère. La décision va revenir au ministre.

Nouveau-Brunswick

Infrastructures