•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'ancien président soudanais Omar El-Béchir inculpé pour corruption

 Omar El-Béchir devant un micro

L'ancien président soudanais Omar El-Béchir

Photo : Reuters / Mohamed Nureldin Abdallah

Agence France-Presse

L'ancien président soudanais Omar El-Béchir, destitué et arrêté en avril sous la pression de la rue, a été inculpé pour « corruption », a annoncé jeudi l'agence officielle de presse soudanaise Suna.

Porté au pouvoir par un coup d'État en 1989, M. El-Béchir a été destitué et arrêté par l'armée le 11 avril à Khartoum, à la suite d'un mouvement de contestation inédit, déclenché en décembre par le triplement du prix du pain.

« Le ministère public annonce avoir terminé toutes les enquêtes concernant l'action [en justice] intentée contre le président déchu Omar El-Béchir par des procureurs anticorruption », a indiqué Suna.

Citant un responsable non identifié, l'agence a indiqué que M. El-Béchir était accusé « de possession de devises étrangères, d'avoir acquis des richesses de façon suspecte et illégale et d'avoir ordonné (l'état) d'urgence ».

L'arrestation d'Omar El-Béchir n'a pas calmé le mouvement de contestation, qui réclame désormais au Conseil militaire, successeur de l'ancien président à la tête du pays, de transférer le pouvoir aux civils.


Parmi les revendications des contestataires figure également le jugement de M. El-Béchir et celui des principaux responsables de son régime.

Le 2 mai, le procureur général du Soudan Al-Walid Sayyed Ahmed avait ordonné l'interrogatoire de l'ancien homme fort du pays « en vertu des lois sur le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme », selon la Suna.

Le 21 avril, le chef du Conseil militaire, le général Abdel Fattah al-Burhane, avait affirmé que l'équivalent de plus de 113 millions de dollars avaient été saisis en liquide dans la résidence d'Omar El-Béchir à Khartoum.

Le Soudan a un des taux de corruption les plus élevés du monde, se classant au 172e rang sur 180 pays, selon le rapport 2018 de Transparnecy International.

Afrique

International