•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pourquoi des sites prétendent que Trudeau « supplie » des pays « de lui envoyer 1 million d’immigrants »

On voit l'en-tête de l'article « Canada's Prime Minister begs Nigeria President for one million immigrants ». Un filtre rouge avec la mention « faux » est superposé à l'image.
Le site CBTV a partagé une fausse nouvelle affirmant que le premier ministre du Canada aurait « supplié » le Nigeria de lui envoyer un million d'immigrants. Photo: Capture d'écran
Jeff Yates
Bouchra Ouatik

Des sites Internet partagent à répétition de fausses nouvelles concernant le Canada, en affirmant que le pays veut recevoir plus d’immigrants ou encore en annonçant faussement la mort de personnes célèbres. Ces nouvelles ont tellement circulé en Afrique, notamment, que le gouvernement canadien a dû les démentir.

« Le premier ministre canadien supplie le président du Nigeria de lui envoyer 1 million d’immigrants », affirme un article publié en avril (Nouvelle fenêtre) sur le site CBTV. Celui-ci explique que le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, aurait annoncé la création d’un nouveau programme d’emploi pour les immigrants. Or, ce programme n’existe pas, et M. Trudeau n’a jamais entretenu de telles discussions avec le président du Nigeria, Muhammadu Buhari.

L’histoire inventée a été partagée quelque 2600 fois, notamment dans le groupe Facebook « Yellow Vests Canada », rattaché au volet canadien du mouvement gilets jaunes, où elle a suscité des réactions négatives.

L’article circule aussi sur des réseaux sociaux tels WhatsApp au Nigeria. Il est impossible de déterminer combien de fois il a été partagé dans ce réseau social, puisqu’il est chiffré et les conversations n’y sont pas publiques. Mais le bureau de vérification des faits de l'Agence France-Presse (Nouvelle fenêtre) dans ce pays et le Haut-Commissariat du Canada au Nigeria (Nouvelle fenêtre) ont tous deux jugé nécessaire de démentir la nouvelle.

On voit un tweet du Haut-Commissariat du Canada au Nigeria où il est écrit « If you see a story online about moving to Canada that seems too good to be true - shine your eyes well-well o!!! » Cette dernière phrase est une expression nigériane qui signifie de rester vigilant.Agrandir l’imageLe Haut-Commissariat du Canada au Nigeria a démenti les fausses nouvelles sur l'immigration. Dans ce message sur Twitter, il est écrit, en utilisant une expression du dialecte nigérian : « Si vous voyez une histoire en ligne sur l'immigration au Canada qui paraît trop belle pour être vraie, soyez vigilant. » Photo : Capture d'écran - Twitter

Le Nigeria n’est pas le seul pays à être la cible de cette fausse nouvelle. Des articles identiques ont été publiés sur ce site, visant les Philippines, la Zambie, le Zimbabwe, le Liberia, le Pakistan, le Ghana et l’Ouganda. Dans tous ces cas, le texte est identique, mais on a simplement changé le nom du pays et du chef d’État ayant supposément parlé avec Justin Trudeau.

On voit un collage de plusieurs articles avec le même titre, à l'exception du nom du pays qui change.Le site CBTV publie à répétition la même fausse nouvelle affirmant que le Canada réclame un million d'immigrants à divers pays. Photo : Capture d'écran - CBTV

Un autre site, City News, qui tente de se faire passer pour un média local canadien, a lui aussi publié quelques-uns de ces articles. Celui-ci semble géré par la même personne que CBTV, puisqu’une analyse de Radio-Canada a permis de déterminer que les deux sites détiennent le même identifiant Google Analytics.

Du côté d’Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada (IRCC), un porte-parole a confirmé que le ministère est au courant de cette désinformation. « IRCC surveille régulièrement la désinformation en ligne. Lorsque de fausses informations sont distribuées, comme dans ce cas, nous essayons d'agir rapidement pour fournir des faits », a indiqué Rémi Larivière. Il a ajouté que le ministère a publié un tweet et une publication Facebook pour remettre les pendules à l’heure.

Non, le Canada n’a pas réclamé un million d’immigrants à chacun de ces pays

Bien que la nouvelle soit fausse, le chiffre de 1 million d’immigrants a un fond de vérité. Le gouvernement canadien avait annoncé en 2017 vouloir accueillir plus d’immigrants d’ici 2020, soit 310 000 en 2018, 330 000 en 2019 et 340 000 en 2020, pour un total de 980 0000 nouveaux immigrants sur trois ans.

Ce nombre englobe le total d’immigrants que le pays souhaite recevoir, tous pays confondus, et non d'un pays en particulier.

Un autre faux article du site CBTV (Nouvelle fenêtre) prétend que le Parlement canadien aurait approuvé l’exemption de visa pour les visiteurs en provenant de certains pays étrangers. Encore une fois, le site publie le même article à répétition, en changeant uniquement le nom du pays concerné et du chef d’État. Les îles Fidji, le Sri Lanka, l’Afrique du Sud et la Gambie ont tous été ciblés par cette fausse nouvelle. Dans le cas du Sri Lanka, l’article a même été traduit en tamoul.

Selon le professeur en études médiatiques Herman Wasserman, de l’Université du Cap, en Afrique du Sud, il n’est pas surprenant que le Canada soit au cœur d’articles qui s’adressent à un auditoire africain, puisque c’est une destination vers laquelle beaucoup aspirent à immigrer.

Si vous écrivez des histoires sur l’immigration, c’est une chose à laquelle beaucoup d’Africains pensent : immigrer, devenir plus mobile, avoir une meilleure vie. Alors ce genre d’histoires est immédiatement attrayant.

Herman Wasserman, professeur en études médiatiques, Université du Cap, Afrique du Sud

Selon lui, le Canada a aussi la réputation d’être plus accueillant envers les immigrants que les États-Unis, ce qui rend ces fausses nouvelles plus crédibles. « Trudeau a une image plus positive et amicale dans les médias que Trump. C’est très bien connu que Trump est anti-immigration, qu’il veut construire un mur et que les États-Unis sont un environnement hostile aux étrangers », dit M. Wasserman.

Des vedettes africaines et asiatiques faussement mortes

Outre les fausses nouvelles à propos de l’immigration, ces deux sites ont aussi relayé des canulars annonçant faussement la mort de personnes connues. La plupart des « victimes » sont des athlètes, des acteurs populaires ou d’autres personnalités publiques, notamment de l’Afrique et l’Asie du Sud. Dans tous les cas, on affirme qu’elles seraient décédées lors d’un voyage au Canada, mais les articles restent toujours vagues sur la date de l’accident et le lieu exact du décès.

« L’homme happé par un véhicule à Toronto serait le joueur de cricket guyanais Shivnarine Chanderpaul », affirme l’un de ces articles (Nouvelle fenêtre). « DERNIÈRE HEURE : [L’actrice nigériane] Patience Ozokwor et sa fille se sont noyées au Canada », avance un autre (Nouvelle fenêtre).

On voit un montage de plusieurs articles identiques, où seul le nom et la photo de la personne concernée change.Le site CBTV a publié plusieurs faux articles indiquant qu'une célébrité serait morte dans un accident de voiture à Toronto. Photo : Capture d'écran - CBTV

Là encore, les sites ont publié des textes identiques où seul le nom de la victime change. Dans plusieurs cas, les personnes concernées ont dû démentir leur mort sur les réseaux sociaux.

Le professeur Herman Wasserman croit que les fausses nouvelles qui se passent au Canada sont plus faciles à croire pour un auditoire étranger. « Le Canada est moins bien connu, dit-il. En Afrique, il y a moins de nouvelles sur le Canada que sur les États-Unis. »

Si vous dites que quelqu’un est mort à Montréal ou à Toronto, ce n’est pas facile à vérifier [pour un lecteur étranger]. Tandis que si quelqu’un meurt à New York, les gens se diront : “Si c’était vrai, ce serait partout sur CNN, et on en aurait déjà entendu parler, donc ce n’est pas vrai”.

Herman Wasserman, professeur en études médiatiques, Université du Cap, Afrique du Sud
On voit un montage de plusieurs articles identiques, où seul le nom et la photo de la personne concernée change.Le site City News a partagé plusieurs fois de faux articles mentionnant que des célébrités se seraient noyées lors d'un voyage au Canada. Photo : Capture d'écran - City News

Des tactiques pour confondre les lecteurs

Ces sites empruntent les codes visuels des médias d’information et reprennent aussi à l’occasion de véritables nouvelles. Selon le professeur Herman Wasserman, cela sert à semer la confusion chez le lecteur.

C’est une tactique bien connue des gestionnaires de sites de fausses nouvelles. D’ailleurs, les faux médias québécois basés en Ukraine découverts par Radio-Canada en 2017 tentaient, eux aussi, de tendre le même piège.

Qui est à l'origine de ces sites?

Il a été impossible de déterminer l’identité de la personne qui se cache derrière les sites CBTV et City News, puisque les deux ont été enregistrés de façon anonyme. Ils ont été créés à quelques jours d’intervalle, en avril 2019, et ils ont presque immédiatement commencé à publier des fausses nouvelles.

L’objectif de ces sites pourrait être pécuniaire, puisque ces sites contiennent des publicités. La plateforme qui les héberge, MGID, n’a pas répondu aux questions de Radio-Canada, pour savoir si l’entreprise était au courant que ses publicités financent des sites qui propagent de la désinformation. En 2017, Google avait annoncé vouloir bannir les sites de fausses nouvelles de sa plateforme de publicités, Google AdSense. Depuis, de nombreux sites de fausses nouvelles se sont tournés vers d’autres sources de financement (Nouvelle fenêtre).

Le stratagème – soit créer à répétition de faux articles visant des communautés précises dans le but d’attirer les clics et les partages sur les réseaux sociaux – n’est pas nouveau. En mars 2016, un site avait créé des centaines d’articles affirmant que des personnalités connues s’apprêtaient à déménager dans de petites villes un peu partout en Amérique du Nord. L’une d’entre elles, partagée de nombreuses fois sur Facebook au Québec, voulait que l’acteur américain Leonardo DiCaprio ait acheté une maison à Baie-Saint-Paul (Nouvelle fenêtre), dans Charlevoix.

Fausses nouvelles

International