•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une famille vient en aide à un groupe d’élèves après la crevaison d’un pneu de leur autobus

Les élèves, dans l’adolescence, posent pour une photo près de l'autobus en panne.
Les élèves revenaient d’une visite à Batoche lorsqu'un pneu de leur autobus a crevé près de la ville de Shellbrook. Photo: Derek Eftoda
Radio-Canada

Un groupe d’élèves de l'École secondaire Carpenter, à Meadow Lake, dans le nord de la Saskatchewan, a été agréablement surpris par l’hospitalité d’une famille saskatchewanaise qui leur est venue en aide après la crevaison d’un pneu de leur autobus durant une excursion.

Les élèves revenaient d’une visite à Batoche et se sont arrêtés à Prince Albert pour manger. Après avoir repris la route, ils s’étaient rendus près de la ville de Shellbrook quand ils ont entendu un grand bruit.

Un des pneus arrière gauches était crevé. Même si l'autobus a deux roues arrière de chaque côté, le pneu crevé frottait contre l’autre.

L’enseignant qui accompagnait les enfants, Derek Eftoda, raconte qu’ils se sont rendu compte que l'autobus ne pourrait pas les ramener à Meadow Lake et ont dû appeler un autre autobus. Ils savaient par contre que cela prendrait du temps.

« On s’imaginait devoir attendre au bord de la route pendant trois heures avant qu’on vienne nous chercher. Cela nous prendrait ensuite deux heures pour arriver chez nous. Ça allait être une longue nuit », raconte-t-il.

C’est alors qu’un véhicule s’est garé derrière l'autobus en panne. Un couple s'est approché du groupe et leur a offert de l'aide. L’homme, Mervin Shantz, a dit qu'il habitait non loin de là.

Son fils et lui ont alors enlevé le pneu défectueux puis ont gonflé l’autre.

La femme de M. Shantz, Colleen Shantz, a invité les jeunes à utiliser sa salle de bains et leur a offert de la crème glacée.

Par la suite, le groupe a discuté de ce qu’il venait de vivre.

« Tout le monde était surpris par leur gentillesse et par leur hospitalité », raconte Derek Eftoda.

Pour Mervin Shantz, c’était tout à fait naturel.

« Cela fait 30 ans qu'on vit ici. Quand j’ai la possibilité d’aider les autres, je le fais. C’est tout », dit-il.

M. Shantz espère que les jeunes en ont tiré une leçon.

« Je ne me suis pas questionné sur leur nationalité. C’était un groupe de jeunes et peut-être qu'on leur a montré qu’on peut aider les autres sans s’attendre à être rémunéré », conclut-il.

Avec les informations d'Emily Pasiuk, CBC News

Saskatchewan

Faits divers