•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le syndicat des enseignants de l’école Nikanik se dit intimidé

Archives

Une jeune enseignante écrit au tableau

Photo : iStock / AndreaObzerova

Marilyn Marceau

Le syndicat des enseignants de l’école secondaire Nikanik compte déposer des plaintes au Conseil canadien des relations industrielles (CCRI) à la suite de sa plus récente visite à Wemotaci. Il a fait part de son intention mercredi, par voie de communiqué.

Trois représentants syndicaux se sont rendus à cette école le 5 juin dernier pour y rencontrer les enseignants. Ils voulaient notamment faire le point sur les négociations en cours.

Les 19 enseignants de l’école de la communauté autochtone font partie de l’Association des employés du Nord québécois (AENQ), qui est affiliée à la Centrale des syndicats du Québec (CSQ).

Nous avons été interpellés sur le stationnement de l’école par des individus agressifs qui nous ont fait savoir que nous n’étions pas les bienvenus et que nous devions tenir notre rencontre à l’extérieur de la communauté , explique le président de l’AENQ-CSQ, Larry Imbeault, par voie de communiqué.

Le syndicat affirme que l’école était au courant de la visite des représentants syndicaux depuis une semaine et que la direction avait la responsabilité d’assurer la santé et sécurité du syndicat et du personnel.

[L’école] a manqué à ses devoirs et à ses responsabilités, [...] en tolérant que des individus malfaisants se livrent à des menaces et à des gestes d’intimidation sur son propre terrain. C’est indigne de personnes qui dirigent un établissement scolaire.

Larry Imbeault, président de l’Association des employés du Nord québécois-CSQ

Les représentants syndicaux ont discuté durant une heure avec ces individus qui ne feraient pas partie de la direction de l’école, avant de quitter l’endroit. Une rencontre a tout de même eu lieu avec quelques enseignants, hors du site de l’école.

Dans le contexte de la négociation en cours, où la question des salaires et de la sécurité d’emploi sont en jeu, le syndicat trouvait important de dénoncer la situation. C’est pourquoi il va dénoncer auprès du CCRI ce qu’il qualifie de violence et intimidation tolérées par la direction de l’école .

Réaction du Conseil des Atikamekw de Wemotaci

Le Conseil des Atikamekw de Wemotaci préfère ne pas commenter la sortie publique de l’AENQ-CSQ.

À la recommandation de ses conseillers juridiques [le Conseil des Atikamekw de Wemotaci] se réserve de tout commentaire à ce moment-ci.

Communiqué de presse du Conseil des Atikamekw de Wemotaci

L’organisation tient quand même à dire qu’elle se préoccupe de la sécurité de l’ensemble de ses membres et de ses employés .

Par voie de communiqué, le Conseil des Atikamekw de Wemotaci écrit aussi qu’il réitère sa confiance envers la direction et tout le personnel de l’école secondaire Nikanik pour que la présente année scolaire puisse se terminer sur une bonne note, en prenant en considération la réussite des élèves .

Mauricie et Centre du Québec

Relations de travail