•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

GES : le Nouveau-Brunswick dévoile un plan peu contraignant pour les grands pollueurs

La raffinerie Irving est la plus importante au pays. Elle peut raffiner jusqu'à 300 000 barils de pétrole par jour et compte 1400 employés.

Photo : Radio-Canada / Margaud Castadère-Aycoberry

Radio-Canada

Le gouvernement du Nouveau-Brunswick a dévoilé jeudi un plan provincial pour la réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) qui est moins contraignant pour les grandes entreprises que le système actuel.

Le plan de réduction des gaz à effet de serre du fédéral prévoyait que les grands pollueurs devraient payer pour 20 % des émissions de GES. Au Nouveau-Brunswick, le gouvernement conservateur de Blaine Higgs propose plutôt que les entreprises paient pour 0,84 % de leurs émissions.

Jeff Carr donne une conférence de presse

Le ministre de l'Environnement et des gouvernements locaux, Jeff Carr (à droite), a présenté son plan de réduction des émissions de gaz à effet de serre jeudi matin à Fredericton.

Photo : Radio-Canada / Michel Corriveau

Le plan provincial prévoit notamment que les grands pollueurs industriels devront réduire de 10 % leurs émissions de gaz à effet de serre d'ici 2030.

Les producteurs d'électricité devront aussi réduire leurs émissions tout en limitant les conséquences de ces mesures sur leurs tarifs. Le gouvernement provincial croit que le plan fédéral entraînerait des augmentations de tarifs d'électricité de 6 % d'ici 2022, et assure que son plan provincial n’entraînerait une hausse que l’ordre de 1 %.

Le ministre de l'Environnement et des gouvernements locaux, Jeff Carr, soutient que son plan sera une solution de rechange acceptable pour Ottawa, qui a imposé une tarification du carbone à la province en l'absence d'un plan qu'il jugeait acceptable. Il croit que cela se situe dans les limites de ce que le fédéral a approuvé pour les autres provinces.

Le ministre Carr croit que le gouvernement fédéral doit tenir compte de la situation particulière du Nouveau-Brunswick, qui dépend beaucoup des marchés d'exportation. Des mesures trop sévères, selon lui, mineraient la compétitivité des entreprises.

99 % de la production de GES exemptée de tarification

Le Conseil de la conservation du Nouveau-Brunswick, un organisme environnementaliste, dénonce l’approche du gouvernement Higgs.

Lois Corbett réagit au plan du Nouveau-Brunswick sur la réduction des gaz à effet de serre le 13 juin 2019 à Fredericton.

Lois Corbett, directrice du Conseil de la conservation du Nouveau-Brunswick.

Photo : Radio-Canada

Selon Lois Corbett, directrice de l’organisme, la province envoie le message qu'il est possible de continuer à polluer au Nouveau-Brunswick, et cela, gratuitement.

Si le plan de Fredericton est accepté, dit Mme Corbett, c’est 99 % de la production de gaz à effet de serre de la province qui sera exemptée de toute tarification.

David Coon, chef du Parti vert du Nouveau-Brunswick, qualifie quant à lui l’approche du gouvernement Higgs de très faible. À son avis, il est maintenant clair que la responsabilité environnementale reposera uniquement sur les épaules des citoyens et les petites entreprises.

Les libéraux, qui avait accepté le plan d’Ottawa lorsqu’ils étaient au pouvoir au Nouveau-Brunswick, n’ont pas commenté l’annonce de jeudi et préfèrent étudier plus en détail le nouveau plan avant de s’exprimer.

Un plan qui doit être approuvé par Ottawa

Depuis le 1er janvier, la province est soumise au plan imposé par Ottawa, un plan qu'avait accepté le précédent gouvernement libéral.

Le gouvernement progressiste-conservateur de Blaine Higgs souhaitait une tarification du carbone pour les grands pollueurs moins contraignante que le système actuel.

Le nouveau système proposé s'appliquera à une dizaine de grands pollueurs, dont la raffinerie Irving à Saint-Jean et la centrale électrique de Belledune.

Blaine Higgs et Jason Kenney devant des caméras de télévision.

Le premier ministre Blaine Higgs, a rencontré mercredi son homologue de l'Alberta, Jason Kenney (à droite), de passage au Nouveau-Brunswick.

Photo : Radio-Canada / Michel Corriveau

Selon ce plan, les émetteurs devront à la fois réduire leurs émissions et payer pour celles qu'ils produisent. Plus les entreprises émettent de gaz à effet de serre, précise-t-il, plus elles devront payer.

Le ministre Carr répète que la province devrait atteindre en 2030 ses objectifs de réduction de 30 % de ses émissions par rapport au niveau de 2005.

Le public invité à réagir

Le nouveau plan, qui devra obtenir l'approbation du gouvernement fédéral, est soumis à une période d'examen du public.

Les Néo-Brunswickois peuvent dès maintenant faire parvenir leurs commentaires au gouvernement à l’adresse courriel NBOBPS_STFRNB@gnb.ca, et ce, jusqu'au 12 juillet.

La province devra ensuite présenter son plan au fédéral au plus tard le 30 juillet.

Avec des renseignements de Michel Corriveau

Nouveau-Brunswick

Pollution