•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mathieu Fleury exhorte le conseil à renverser la décision du refuge de l'Armée du Salut

Le croquis montre un édifice de cinq étages.

Le nouvel édifice controversé de l'Armée du Salut dans le quartier Vanier d'Ottawa

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le conseiller municipal de Rideau-Vanier, Mathieu Fleury, veut faire tout en son pouvoir pour empêcher l'Armée du Salut de s'établir sur le chemin de Montréal.

Le conseiller a révélé que l'Armée du Salut n'est pas l'actuel propriétaire du terrain où l'organisme souhaite construire un refuge de 350 lits.

Il espère que cette information convaincra ses collègues de jeter un nouveau regard sur le projet controversé.

En novembre 2017, les élus ont approuvé le projet.

Mathieu Fleury a déposé une motion, hier, avertissant ses collègues qu'il souhaitait qu'ils annulent l'approbation du projet en raison de la récente découverte que l'Armée du Salut ne possède pas la propriété située au 333, chemin de Montréal.

Même si l'Armée du Salut obtient le changement de zonage, elle a besoin d’un six millions supplémentaires pour les opérations. Vous connaissez les états financiers de la Ville, nous ne sommes pas en bon état financier, vous pensez que la Ville va donner un montant de six millions par année?

Mathieu Fleury, conseiller municipal de Rideau-Vanier

Le conseiller Fleury soutient que le conseil précédent a approuvé ce projet, en n’ayant pas tous les faits nécessaires en leur possession.

L'organisme de bienfaisance ne possède pas l’immeuble

Des citoyens ont déjà interjeté appel du projet devant le Tribunal d’appel de l’aménagement local (TAAL). C'est au cours du processus d'appel que Michael Polowin, avocat spécialisé en urbanisme, a découvert que l'Armée du Salut n'est pas propriétaire de l’immeuble, même si l'organisme de bienfaisance est inscrit comme propriétaire sur la demande de permis d'urbanisme de la Ville.

Selon M. Polowin, l'Armée du Salut a une entente avec le propriétaire, mais ce dernier refuse de la montrer à quiconque.

Il n'est pas illégal de demander un changement de zonage d'une propriété sans en être propriétaire. Mais M. Fleury soutient que les conseillers qui ont voté sur le projet avaient l'impression que l'Armée du Salut était propriétaire.

M. Fleury est d'avis que certains conseillers ont peut-être appuyé le projet parce qu'ils ne voulaient pas causer des difficultés financières à un organisme de bienfaisance qui avait déjà acheté une propriété dans le but de la réaménager.

Les conseillers avaient les faits

Glenn Van Gulik, porte-parole de l'Armée du Salut d'Ottawa, a déclaré que l'organisme de bienfaisance a toujours maintenu qu'il avait une offre d'achat, conditionnelle à l’approbation d’un changement de zonage .

Cependant, un certain nombre de documents officiels que l'Armée du Salut a déposés auprès de la Ville indiquent que l'organisme est propriétaire du 333, chemin de Montréal.

Bien qu'il soit vrai qu'il y a eu un oubli sur la demande indiquant que l'Armée du Salut était propriétaire, cela a été identifié et corrigé avant la réunion du Comité de planification, de sorte que le Comité, le Conseil et le public avaient les faits réels , a écrit M. Van Gulik dans une déclaration envoyée par courriel.

Non lié par le vote précédent

Selon les règles régissant les conseils municipaux, les 24 membres du conseil actuel ne sont pas liés par la décision de leurs prédécesseurs. Cela signifie que le conseil n'a pas besoin de voter pour le réexamen de la question de l'Armée du Salut, une mesure qui exigerait un vote des trois quarts du conseil.

Au lieu de cela, la décision sur l'Armée du Salut peut être renversée par un vote à la majorité simple.

Le conseiller Fleury et ses partisans peuvent croire que ce conseil est plus enclin à voter contre le projet.

L'ancien conseil a approuvé le changement de zonage de l'Armée du Salut lors d'un vote de 16 à 7, mais un certain nombre de nouveaux conseillers, dont Matthew Luloff est devenu le conseiller du quartier Orléans et la conseillère municipale du quartier Bay, Theresa Kavanagh, ont déclaré l'an dernier, lors de la campagne électorale, ne pas soutenir ce projet.

Deux autres conseillères, Jenna Sudds, de Kanata-Nord et la conseillère Carol Anne Meehan de Gloucester-Nepean-Sud, n'ont jamais dit explicitement qu'elles étaient contre la proposition, mais ont indiqué qu'elles étaient insatisfaites du processus qui a mené à la décision.

Réunion marathon

Le débat sur l'Armée du Salut a vu un grand nombre de résidents affluer à l'hôtel de ville pour faire des plaidoyers passionnés, surtout contre le projet.

Plus de 140 personnes ont pris la parole au cours d'une réunion de trois jours du comité de planification, certaines soutenant que le plan de l'Armée du Salut attirerait trop de clients vulnérables dans une communauté déjà en difficulté.

Certains ont soutenu que l'Armée du Salut devrait concentrer ses efforts sur la recherche d'un logement permanent pour les sans-abri au lieu de leur construire un abri temporaire.

Le Conseil avait approuvé le projet après trois heures de débat.

Avec les informations de Joanne Chianello

Ottawa-Gatineau

Société