•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le café à la paille sur la Côte-Nord : moderniser une habitude régionale

Des pailles compostables Photo: Radio-Canada / Daniel Fontaine
François Robert

Le gouvernement fédéral a annoncé en début de semaine vouloir interdire les articles en plastique à usage unique, comme les pailles, dès 2021 pour réduire l’impact sur l’environnement. Mais sur la Côte-Nord, où l'utilisation de la paille dans le café est une habitude très répandue, des clients devront apprendre à boire le café autrement.

Donnée systématiquement avec un café dans plusieurs commerces de la Côte-Nord, la paille est vue comme une distinction régionale.

Plusieurs Nord-Côtiers font valoir que de déguster un café sans paille sur la sinueuse route 138 ou dans les chemins forestiers cahoteux peut être un exercice périlleux pour qui souhaite garder les vêtements ou les sièges d'auto au sec.

Les pailles... quand tu rentres dans le chemin, tu essaieras de boire ton verre pas de paille... ce n'est pas un luxe, c'est une nécessité!

Un client nord-côtier
Elle tient son café dans la main gauche et se dirige vers le stationnement.Une dame sort d'un restaurant avec un café et sa paille dans la main. Photo : Radio-Canada / Daniel Fontaine

Ils vendent de la drogue, on va aller chercher des pailles, ironise un autre nord-côtier. S'ils en vendent des pailles illégales, on va aller acheter des pailles illégales.

Un tatouage sur un avant-brasCertaines personnes ont vraiment le symbole de la paille de café dans la peau. Photo : Gracieuseté de Claudie Lamarche

Par contre, de jeunes restaurateurs tiennent de plus en plus à moderniser ce symbole nord-côtier.

C’est le cas notamment de Pierre-Olivier Simard, copropriétaire du restaurant Le bavard et l'ivrogne.

Il porte une casquette à l'envers sur la tête lors de l'entrevue dans le restaurant. Pierre-Olivier Simard, copropriétaire du restaurant Le bavard et l'ivrogne Photo : Radio-Canada / Daniel Fontaine

J'ai toujours vécu avec la paille à Sept-Îles. Je bois des cafés depuis que j'ai 15-16 ans avec une paille, indique Pierre-Olivier Simard. Mais on parle beaucoup de l'écologie de ce temps-ci et, pour nous, c'est important d'offrir quand même une paille dans nos cocktails, il fallait quand même trouver une solution. La meilleure solution pour nous, c'était les pailles en métal.

Il assure laver, brosser et faire bouillir deux fois les pailles en métal afin d'assurer leur salubrité.

D'autres commerces de la région ont déjà commencé à offrir d'autres types de pailles, comme des pailles en cartons, des pailles réutilisables ou des pailles en pâte alimentaire.

Elles sont disposées dans un verre. Des pailles faites en pâte alimentaire. Photo : Radio-Canada / Daniel Fontaine

Dans les chaînes de restauration rapides, c'est la paille en carton qui deviendra la norme.

Il y a des pailles en carton. S'ils adoptent ça, ça va être correct, mais c'est sûr que c'est différent, estime pour sa part un autre nord-côtier. La paille en carton devient mouillée et ton breuvage goûte différent, j'ai l'impression.

Qu'à cela ne tienne, les nouvelles générations de Nord-Côtiers semblent enclines à adapter cette habitude de la paille dans le café à la réalité moderne.

Elle sort d'un restaurant où elle a probablement fait remplir sa tasse réutilisable. Une dame tient son café dans une tasse réutilisable. Photo : Radio-Canada / Daniel Fontaine

On est en deuil, mais il existe des pailles réutilisables, ils commencent à en vendre plus, note un autre nord-côtier. On va plus traîner ça dans nos poches.

On va s'acheter des verres avec la paille intégrée dedans, lance un autre nord-côtier.

J'aime bien ça avec les pailles, mais qu'est-ce que tu veux, il faut bien suivre l'évolution, de dire un dernier nord-côtier.

D’après le reportage de Jean-Louis Bordeleau

Côte-Nord

Protection des écosystèmes