•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Commandite du privé : Émilise Lessard-Therrien invite le gouvernement à assumer son « rôle à jouer »

La députée de QS pour Rouyn-Noranda–Témiscamingue, Émilise Lessard-Therrien
La députée de QS pour Rouyn-Noranda–Témiscamingue, Émilise Lessard-Therrien Photo: Radio-Canada
Thomas Deshaies

La députée de Rouyn-Noranda-Témiscamingue, Émilise Lessard-Therrien, estime que le gouvernement devrait mieux supporter les organismes et projets de la région. C'est notamment ce qu'elle a affirmé en réaction à un reportage de Radio-Canada sur les dons et commandites des entreprises privées.

Mme Lessard-Therrien constate que plusieurs personnes s'inquiètent de la place occupée par les dons et commandites des grandes entreprises. C'est quelque chose que j'entends souvent sur le terrain, affirme-t-elle. Les gens éprouvent un certain malaise avec ces dons et commandites qui ont une incidence sur l'acceptabilité sociale des projets.

Selon la députée, il est anormal que la réalisation de projets, notamment dans le domaine de la santé, soit conditionnelle au financement du privé. Le gouvernement a son rôle à jouer là-dedans, tranche-t-elle. Il doit aller chercher les montants directement auprès des minières pour aussi, entre autres, se doter de fonds régionaux de développement où collectivement on va pouvoir choisir quels sont nos priorités d'investissement et que ce ne soit pas seulement aux dépens des minières qui peuvent investir là où il y a plus d'acceptabilité sociale à gagner.

Je donne l'exemple. Le Témiscamingue fournit beaucoup de travailleurs à l'industrie minière, mais les mines qui ne sont pas implantées au Témiscamingue ne viennent pas nécessairement investir au Témiscamingue.

Émilise Lessard-Therrien

La députée réitère sa position en faveur d'une augmentation des redevances minières à 5 % de la valeur brute du minerai extrait du sol québécois. Même en ce moment quand on calcule la redevance que payent les minières et les dons et commandites qu'ils font, on en ressort perdants collectivement. Ça n'accote même pas les 5 % que nous on demande , conclut-elle.

Abitibi–Témiscamingue

Politique provinciale