•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Départ du médecin en chef de Winnipeg

Cinq personnes sont debout et posent pour une photo. Le Dr Bruce Roe est le deuxième à partir de la gauche. Il porte un habit et croise les mains devant lui.
Le Dr Bruce Roe, deuxième à partir de la gauche, n'est plus le médecin hygiéniste en chef de l'Office régional de la santé de Winnipeg. Photo: Gouvernement du Manitoba
Radio-Canada

Le médecin hygiéniste en chef de l’Office régional de la santé de Winnipeg, Bruce Roe, n’est plus en poste, ont appris les employés de l’organisme mercredi, dans une note de service qui précise que ce départ entre en vigueur immédiatement.

Bruce Roe quitte aussi son poste de vice-président de l’ORSW.

Dans la note de service, le président-directeur général, Réal Cloutier, remercie le Dr Roe pour ses années de service et son mandat.

Un porte-parole de l’ORSW a confirmé le départ du médecin sans autres commentaires.

Bruce Roe est entré à l’ORSW en septembre 2017 après avoir été le médecin en chef de l’Hôpital général Saint-Boniface pendant une dizaine d’années et en avoir été le président pendant un bref moment.

Il est arrivé à l’ORSW au moment où de grands changements prenaient forme, dont la fermeture prévue des urgences des hôpitaux Misericordia, Victoria General et Concordia, ainsi que la consolidation d’autres services.

Le médecin hygiéniste en chef d’un organisme supervise le travail des autres médecins et assume un rôle de leadership dans l’organisme.

La nouvelle survient alors que le plus récent rapport de David Peachy fait état de plusieurs préoccupations en rapport avec le travail de planification bâclé entourant la fermeture des urgences à l’Hôpital Concordia.

Selon le rapport, les préparatifs pour fermer les urgences ont entraîné plusieurs problèmes dans la gestion des ressources humaines. Le rapport note un désengagement des médecins alors qu’ils se préparaient à la fermeture des urgences, la démission prématurée d’inhalothérapeutes mettant en danger la vie de patients et une urgence désorganisée en raison de postes vacants et d’employés surchargés à la suite de nombreux départs.

Manitoba

Santé publique