•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Archives
  • Fête des pères : À chaque époque son papa

    Un père et son fils tournés vers la scène d'un amphithéâtre, le fils appuyé sur l'épaule du père.
    Un père et son fils assistant à un spectacle dans les années 80. Photo: Radio-Canada
    Radio-Canada

    De plus en plus présents auprès de leurs enfants, de moins en moins seuls à pourvoir aux besoins matériels de leurs familles, les pères ont vu leur mission parentale se modifier au fil du temps. Pour la fête des Pères, nous vous proposons de revisiter leurs rôles à travers nos archives puisées dans les décennies 60, 70 et 80.

    Quand on regarde le passé, on regarde le père comme un être absent, alors que dans le fond, il n’était pas absent. Il faisait exactement ce qu’on attendait de lui comme père, c’est-à-dire gagner la vie de sa famille.

    Jacques Broue, Collectif Cœur-Atout

    Un père pourvoyeur dans les années 60

    À l’émission Femme d’aujourd’hui du 28 février 1967, des mères de famille répondent à la question suivante : « Que demandez-vous à votre mari en tant que père de famille? »

    Femme d’aujourd’hui, 28 février 1967

    À cette époque où le mari était le seul à subvenir aux besoins économiques du foyer, ce qui revient surtout dans les propos recueillis, c’est cette idée d’absence du père auprès de ses enfants.

    Pas toujours, 24 heures par jour, sept jours par semaine – c’est évident qu’il doit s’absenter –, […] mais quand il est à la maison, qu’il soit présent aux enfants, qu’il concentre sa présence.

    Participante à l’émission Femme d’aujourd’hui

    Une autre mère de famille abonde dans le même sens :

    S’ils prennent l’habitude de jouer avec leurs enfants, […] leurs goûts deviendront communs, et ça va s’accélérer. Ça va passer des jeux à la vie sportive, ça va continuer dans les devoirs, ça va continuer tout le temps. […] Je crois que la paternité, comme la maternité, ce n’est pas inné, ça s’apprend.

    Participante à l’émission Femme d’aujourd’hui

    Un père conseiller dans les années 70

    À l'émission 5D du 13 septembre 1970 consacrée à la paternité, des adolescents sont questionnés sur l’importance de la figure paternelle dans leur vie.

    5D, 13 septembre 1970

    Plusieurs jeunes voient leur père comme un guide et un mentor. « C’est lui qui leur apprend à décider, à aller de l’avant. »

    Pour moi, le père, c’est une personne qui nous empêche de nous laisser aller à des coups de tête.

    Jeune participant au vox pop

    Un autre d’ajouter :

    Quand je vais voir mon père, c’est pour lui demander soit de l’argent, soit des conseils. [rires]

    Participant au vox pop

    Le père est aussi perçu comme celui qui apaise les situations tendues.

    Lorsqu’on est jeune et qu’on a des conflits avec les autres, on dit : "Je vais aller chercher mon père, il va régler ça."

    Participant au vox pop

    Un père participatif dans les années 80

    À l'émission d'information Montréal ce soir du 19 juin 1987, la journaliste Catherine Kovacs assiste à un colloque sur la paternité à l’occasion de la fête des Pères.

    La rencontre est organisée par le collectif Cœur-Atout. Les participants présents à l’Université de Montréal s’interrogent sur la nouvelle place du père au sein de la famille.

    Montréal ce soir, 19 juin 1987

    Un père déclare que c’est à lui de prendre sa place.

    Ce n’est pas facile lorsqu’on a une mère toute-puissante de prendre sa place, non seulement comme enfant, mais comme père.

    Participant au colloque Cœur-Atout 1987

    La journaliste rend ensuite visite à une jeune famille qui a décidé de se partager le plus possible les tâches ménagères.

    La famille Fournier-Talbot représente une nouvelle tendance dans la société. Mais cet équilibre que les nouveaux couples tentent d’atteindre est fragile. Les pères qui demandent une part plus équitable dans la relation avec leurs enfants sont encore une minorité en 1987.

    Ça prend beaucoup d’énergie. Il faut être attentifs à ce que les tâches demeurent égales et qu’il y ait un certain bien-être de part et d’autre. Faut pas baisser la garde, faut toujours être vigilants.

    Jacques Fournier, père de famille, 1987

    De nos jours, le Québec est le champion du partage du congé parental. « Les pères sont très présents dans l’éducation de leurs enfants, et cela est bien accepté dans la société », affirme la sociologue Valérie Harvey à l'émission Le 15-18 du 8 mars 2019.

    Archives

    Société