•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Carol Anne Chénard et le cancer du sein : « Ça arrive à du monde en santé »

Carol Anne Chénard en entrevue sur la rue Sparks à Ottawa.
L'arbitre de soccer ottavienne Carol Anne Chénard est atteinte d'un cancer du sein. Photo: Radio-Canada / Simon Lasalle
Roxane Léouzon

Carol Anne Chénard avait prévu être en France pour arbitrer des matchs de la Coupe du monde féminine de football, qui se déroule du 7 juin au 7 juillet. L'Ottavienne les regarde plutôt de chez elle, entre ses traitements de chimiothérapie.

Quelques jours avant le départ prévu, l'arbitre de soccer de 42 ans a reçu un diagnostic de cancer du sein. Sur les conseils de son médecin, elle a renoncé à partir.

C'est une des choses les plus difficiles que j'ai eu à faire. Les appels à mes assistantes, à la FIFA (Fédération internationale de Football Association) et à l'Association canadienne [de soccer] étaient très difficiles, parce que ça fait trois ans et demi que je m'entraîne et me prépare pour cette Coupe du monde là et j'étais vraiment prête pour performer sur le terrain , dit celle qui pratique ce métier depuis qu'elle a 15 ans.

Mme Chénard est trop jeune pour passer une mammographie tous les deux ans en vertu du Programme ontarien de dépistage du cancer du sein. À son avis, son expérience démontre que cette maladie peut toucher tout le monde, même en santé.

Même quelqu'un comme moi, en forme physique, prête pour la Coupe du monde, peut recevoir un diagnostic comme ça.

Carol Anne Chénard, arbitre de soccer

Elle veut maintenant inciter toutes les femmes, notamment les athlètes, à aller voir un médecin si elles constatent une anomalie sur leur sein. C'est ce qu'elle a fait.

Je sentais de l'inflammation dans ma poitrine, c'est moi qui ai trouvé quelque chose que je ne trouvais pas normal, et j'ai fait un suivi avec mon médecin. J'ai ensuite passé plusieurs tests et j'avais le cancer du sein , relate celle qui a déjà participé à deux coupes du monde et deux fois aux Jeux olympiques.

Mme Chénier a coupé ses cheveux en prévision de leur chute, mais elle s'estime chanceuse : elle n'a pour l'instant que très peu d'effets secondaires. Après la chimiothérapie, elle fera face à la chirurgie, puis à la radiothérapie. Sa grande forme et son énergie, elle devra les utiliser pour une autre bataille, pas sur le terrain .

Santé

Société