•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le gouvernement Legault lance sa réforme d'Investissement Québec

Le ministre Fitzgibbon, entouré des ministres Nadine Girault et Marie-Ève Proulx, et du PDG d'IQ, Guy LeBlanc.

Le ministre Fitzgibbon a annoncé une réforme d'Investissement Québec, accompagné de la ministre des Relations internationales, Nadine Girault, de la ministre déléguée au Développement économique régional, Marie-Ève Proulx, et du PDG d'IQ, Guy LeBlanc.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le ministre de l'Économie et de l'Innovation, Pierre Fitzgibbon, a déposé mercredi un projet de loi qui revoit le mandat d'Investissement Québec (IQ) afin qu'elle soutienne mieux le développement des entreprises et l'économie de la province.

En présence du nouveau patron d'Investissement Québec, Guy LeBlanc, dont la nomination avait soulevé la controverse, le ministre Fitzgibbibon a ainsi confirmé la modification importante du bras financier du gouvernement, dont de larges pans avaient déjà été annoncés.

Entrevue avec Pierre Fitzgibbon à l'émission RDI Économie

L'intention du gouvernement de François Legault est de faire d’IQ un « véritable moteur complet pour le développement économique du Québec », autant dans les régions qu'à l'international, a expliqué le ministre dans une conférence de presse au cours de laquelle il a exposé les grandes lignes du projet de loi.

Ses objectifs sont de doubler d’ici cinq ans les investissements étrangers au Québec, qui se sont chiffrés en moyenne à 3,4 milliards depuis cinq ans; diversifier les marchés et accroître les exportations de biens et de services afin qu’elles atteignent 50 % du PIB québécois; et accélérer les investissements des entreprises dans leur transition technologique et en innovation.

Pour y arriver, Québec fera passer le fonds social autorisé d'IQ à 5 milliards de dollars, mettra 1 milliard de dollars dans la création d'un fonds de croissance destiné à appuyer les entreprises québécoises stratégiques et investira 35 millions pour bonifier les exportations.

Fusionner les bureaux régionaux d'IQ et du ministère

La réforme prévoit notamment la fusion des bureaux régionaux du ministère de l'Économie et de l'Innovation (MEI) avec ceux d'IQ, auxquels se greffera aussi le Centre de recherche industrielle du Québec (CRIQ).

Les promoteurs de ces projets n’auront qu’une seule porte à traverser pour faire affaire avec le gouvernement, celle d'IQ.

Pierre Fitzgibbon, ministre de l'Économie et de l'Innovation du Québec

« Imaginez un service de concierge gouvernemental pour les entreprises », a illustré le ministre, qui a précisé qu'IQ accompagnerait aussi les entreprises dans leurs demandes d'obtention de permis et d'autorisations gouvernementales.

Comme il l'avait déjà indiqué, il a souligné qu'Investissement Québec devrait se montrer plus audacieuse. Elle devra combler les carences dans la chaîne des capitaux plutôt que viser uniquement le rendement financier sur le capital investi, a déclaré M. Fitzgibbon. « IQ devra être plus agile et plus agressive dans les projets qu’elle choisit », a-t-il soutenu.

IQ prévoit appuyer la réalisation de projets qui représenteront jusqu'à 10 milliards de dollars d'investissements par année.

Miser sur l'international

Le projet de loi prévoit aussi la création d’IQ international et la mise sur pied d'un comité de coordination, formé de représentants d’IQ, du MEI, du ministère des Relations internationales et de la Francophonie ainsi que du Secrétariat du Québec aux relations canadiennes.

Disant comprendre que le changement annoncé génère pour les employés « des incertitudes et des questions », le ministre Fitzgibbon a voulu se faire rassurant. « Les changements qui sont annoncés ici aujourd’hui ont été longuement planifiés chez IQ et au ministère, et se feront de façon respectueuse et organisée », a-t-il affirmé, s'adressant à eux.

Le Conseil du patronat content

Le Conseil du patronat du Québec a accueilli favorablement cette annonce. « Avec cette restructuration et ce rapprochement des opérations d’IQ au Ministère de l’Économie et de l’Innovation (MEI), et avec les investissements additionnels de 5 milliards de dollars déjà promis dans le dernier budget, on augmente la puissance de ce moteur économique du Québec pour en faire un véritable bolide », s'est réjoui son PDG, Yves-Thomas Dorval, dans un communiqué.

Politique provinciale

Économie