•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La zoothérapie a la cote auprès des psychologues et des travailleurs sociaux

Deux femmes entourées de deux chèvres, d'un cochon et d'un chien dans une cour ensoleillée.

La zoothérapie est un outil qui suscite de plus en plus d'engouement parmi les professionnels en intervention tels que les psychologues, les travailleurs sociaux ou encore les psychoéducateurs.

Photo : Radio-Canada / Catherine Dib

Radio-Canada

De plus en plus de professionnels se tournent vers la zoothérapie pour leurs interventions. Psychologues, psychoéducateurs et travailleurs sociaux suivent des formations afin de mieux travailler en équipe avec les animaux.

La zoothérapie, une approche qui gagne en popularité au Québec, englobe les techniques d’intervention requérant la présence d’un animal pour améliorer le bien-être d’une personne.

Une femme debout devant une cage.

Emmanuelle Fournier-Chouinard, du Centre Humanimal, enseigne notamment à l'ITA de La Pocatière et offre aussi des cours sur mesure.

Photo : Radio-Canada

La psychologue Emmanuelle Fournier-Chouinard est familière avec le pouvoir thérapeutique des bêtes depuis longtemps.

L’animal dans sa particularité d’être un être relationnel, mais non verbal, vient permettre de désengager les chemins habituels où l’on peut se cacher dans sa tête, explique-t-elle.

Une méthode particulière

Au Centre Humanimal à Saint-Honoré, Emmanuelle Fournier-Chouinard sort du cadre conventionnel de la psychothérapie en favorisant une interaction entre l’animal et l’humain, parfois par le biais d’activités.

Chèvres, cochons, chiens, chats, tortues et canards sont notamment présents durant les séances.

Est-ce qu’on fera un jeu de frontière avec les chevaux [...] pour en apprendre plus sur notre conscience corporelle? Ou encore sur les limites à ne pas dépasser si nous ne sommes pas invités chez l’autre?, cite-t-elle en exemple.

Deux canards dans un bassin.

Les discussions durant la séance de psychothérapie peuvent s'orienter selon le comportement de l'animal présent.

Photo : Radio-Canada

Les bêtes peuvent être aussi un prétexte pour aborder des sujets plus difficiles. Certaines séances avec la clientèle adolescente requièrent parfois l'assistance des canards. La présence des oiseaux peut par exemple faciliter une conversation sur la puberté et la sexualité.

Selon elle, les adolescents se sentent plus confortables de cette façon, car on n’est plus en face à face, on est en côte à côte et on ne parle plus de sexe chez les humains, on s’intéresse aux canards.

À travers ça, beaucoup vont pouvoir poser des questions qui, autrement, sont plus compliquées à discuter.

Emmanuelle Fournier-Chouinard, psychologue et fondatrice du Centre Humanimal

Apprendre la zoothérapie

Emmanuelle Fournier-Chouinard transmet son savoir à de nombreux étudiants, notamment au cégep ainsi que par le biais de cours individuels.

Une femme tendant une boîte à une autre femme dans une cour.

L'apprentissage de la zoothérapie se fait avec des séances de mises en situation avec l'apprentie.

Photo : Radio-Canada

L’une de ses apprenties, Sylvie Beauchamp, est psychologue depuis 26 ans. Elle voit déjà la différence qu'apporte un animal durant une séance de psychothérapie.

Selon elle, la présence d’une bête a permis de contourner certains mécanismes de protection, car la personne n’a plus l’impression de travailler sur elle-même, mais plutôt avec le chien.

En une seule rencontre, elle a fait des prises de conscience que je pense que ça lui aurait pris trois, quatre ou cinq rencontres dans le contexte traditionnel pour les réaliser, raconte Sylvie Beauchamp.

Une pratique de plus en plus répandue

Emmanuelle Fournier-Chouinard observe qu’il y a bel et bien un engouement pour la zoothérapie. On le voit dans l’explosion en recherche qu’il y a sur les relations humain-animal [...], dans la multiplication des formations [...], souligne-t-elle.

Actuellement, on est dans un zeitgeist, un air du temps, on redéfinit la relation que nous avons avec un autre d'une autre espèce.

Emmanuelle Fournier Chouinard, psychologue et fondatrice du Centre Humanimal

Zoothérapie Québec a aussi remarqué cet intérêt croissant pour la pratique. L’organisme rapporte une hausse de 12 % des services de zoothérapie offerts l’an dernier, soit un total de plus de 8000 heures d’intervention.

Le directeur général de Zoothérapie Québec dans une résidence pour personnes âgées d'Alma.

Le directeur général de Zoothérapie Québec, Gaël Magrini, espère que la pratique se répandra davantage dans les années à venir.

Photo : Radio-Canada

Le directeur général de Zoothérapie Québec, Gaël Magrini, voit une évolution des interventions. Notre demande auparavant était beaucoup axée sur le loisir, du moins plus qu’aujourd’hui, mais de plus en plus, on sent que les équipes de soins souhaitent nous intégrer dans leur plan d’intervention, dit-il.

La zoothérapie, il ne faut pas voir ça comme une profession en soi, il faut voir ça comme un outil d’intervention qui peut s’ajouter dans le coffre d’un intervenant, d’un professionnel de la santé ou de l’éducation.

Gaël Magrini, directeur général de Zoothérapie Québec
Un chien assis près d'un homme âgé.

Zoothérapie Québec offre des ateliers avec des animaux, comme dans cette résidence d'Alma.

Photo : Radio-Canada

Le directeur général espère que la pratique sera plus connue dans les années à venir. On tient à ce que les milieux institutionnels, les décideurs, commencent à considérer la zoothérapie comme un outil clinique, comme un outil pédagogique qui peut avoir une portée importante, avance-t-il.

Santé physique et mentale

Santé