•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'ex-premier ministre algérien en détention préventive

Ahmed Ouyahia parle au micro.

L'ex-premier ministre algérien Ahmed Ouyahia

Photo : AFP/Getty Images / RYAD KRAMDI

Agence France-Presse

Quatre fois premier ministre et proche d'Abdelaziz Bouteflika, Ahmed Ouyahia a été écroué mercredi dans le cadre d'enquêtes anticorruption et est le premier haut dirigeant politique algérien à rejoindre en prison plusieurs hommes d'affaires influents.

Âgé de 66 ans, M. Ouyahia a été placé mercredi en détention provisoire par « le juge d'instruction près la Cour suprême » qui l'a entendu « dans des affaires [...] de dilapidation des deniers publics, d'abus de fonction et d'octroi d'indus privilèges », écrit l'agence de presse officielle APS, sans autres détails.

M. Ouyahia a été quatre fois premier ministre entre 1995 et 2019, dont trois sous la présidence de M. Bouteflika, contraint à la démission le 2 avril, après 20 ans au pouvoir, par un mouvement de contestation sans précédent.

Alors chef de cabinet du président Bouteflika, il avait été nommé pour la dernière fois en 2017 et, puissant mais impopulaire, avait été limogé en mars dernier pour tenter, en vain, d'apaiser la contestation.

Ancien ministre des Travaux publics (2017-2019) après avoir été plusieurs fois préfet, une fonction dotée de larges pouvoirs, Abdelghani Zaalane, également auditionné mercredi, a lui été relâché sous contrôle judiciaire, rapporte la télévision nationale sans autres détails.

Resté quelques jours directeur de campagne d'Abdelaziz Bouteflika, avant que celui-ci ne soit contraint, face à la rue, de renoncer à un 5e mandat, M. Zaalane avait déposé la candidature du chef de l'État à la présidentielle du 18 avril, ensuite annulée, alors que celui-ci était hospitalisé à Genève, officiellement pour des « examens périodiques » subis depuis un AVC en 2013 qui l'a laissé handicapé.

Selon APS, « d'autres responsables » doivent « comparaître [...] devant le juge d'instruction près la Cour suprême », seule juridiction compétente pour instruire les crimes et délits susceptibles d'avoir été commis dans l'exercice de leurs fonctions par des membres du gouvernement, des préfets et certains hauts magistrats.

MM. Ouyahia et Zaalane figurent parmi les 12 anciens ministres et préfets dont le parquet d'Alger a annoncé avoir transmis les dossiers à la fin de mai à la Cour suprême, dans le cadre des enquêtes visant, notamment pour des faits présumés de corruption, Ali Haddad, ancien patron des patrons et PDG du numéro un privé des travaux publics en Algérie, en détention préventive.

Vague de poursuites pour corruption

Le parquet d'Alger a en outre indiqué mardi avoir transmis à la Cour suprême les dossiers de 11 responsables et anciens responsables visés dans l'enquête contre un autre influent homme d'affaires, Mahieddine Tahkout, placé lundi en détention provisoire pour des faits de corruption et de blanchiment.

Sans donner de noms, le parquet avait indiqué qu'étaient concernés un ancien premier ministre et d'anciens ministres, en plus d'un ministre en poste et de cinq anciens préfets et de deux en fonction.

Selon APS, un magistrat du tribunal d'Alger a entendu M. Ouyahia dimanche dans l'affaire Tahkout.

Depuis la démission du président Abdelaziz Bouteflika, la justice algérienne a lancé plusieurs enquêtes sur des faits de corruption et de « dilapidation des deniers publics ».

Plusieurs richissimes hommes d'affaires, la plupart soupçonnés d'avoir profité de leurs liens avec le chef de l'État déchu ou son entourage pour obtenir des avantages ou des marchés publics, ont été incarcérés, mais Ahmed Ouyahia est le premier haut responsable politique envoyé en prison dans ces affaires.

Lundi, la justice a annoncé poursuivre 38 fonctionnaires d'administrations ou de ministères dans le cadre de l'affaire Tahkout, en plus de l'intéressé, deux de ses frères et son fils - dirigeants de son groupe - et trois de ses salariés.

Dix-neuf personnes ont été incarcérées, y compris les quatre membres de la famille Tahkout. Le groupe Tahkout possède notamment l'un des plus importants réseaux de concessionnaires automobiles en Algérie, une usine d'assemblage d'automobiles Hyundai, une chaîne de télévision, et gère une large part du secteur des transports universitaire et urbain, par l'intermédiaire de contrats publics.

Par ailleurs, deux membres de la Chambre haute du Parlement, Saïd Barkat et Djamel Ould Abbes, anciens ministres, et pour le second ancien secrétaire général du Front de libération nationale (FLN), parti de M. Bouteflika, ont annoncé renoncer à leur immunité parlementaire, dont la levée était réclamée.

Certains observateurs craignent que ces enquêtes servent le double objectif d'offrir des « têtes » à la contestation - qui qualifie depuis le 22 février les dirigeants algériens de « gang » de « voleurs » ayant « pillé le pays » - tout en favorisant une purge dans le cadre de luttes de clans au sommet.

Le départ du président Bouteflika n'a pas calmé la contestation qui continue de réclamer massivement le départ de l'ensemble des anciens fidèles, toujours aux commandes, du président déchu, en tête desquels le président par intérim Abdelkader Bensalah et le chef d'état-major de l'armée, le général Ahmed Gaïd Salah, devenu de fait le véritable homme fort du pays.

Afrique

International