•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le plus grand parc urbain du Canada prend forme à Montréal

Le parc régional de l'Anse-à-l'Orme fait partie du projet de Grand parc de l'Ouest de la Ville de Montréal. Photo: Radio-Canada

Photo : CBC

Julie Marceau
Mis à jour le 

L'administration de Valérie Plante avait évoqué son désir de faire un parc urbain dans l’ouest de l’île, et le projet prend de l’ampleur ces jours-ci. Le « grand parc de l’Ouest » ferait 3000 hectares de superficie, soit 1600 nouveaux hectares d’aires protégées. Il deviendrait la plus grande étendue verte urbaine du pays et l’un des plus grands parcs agricoles municipaux du monde. Des négociations sont en cours avec Ottawa pour financer le projet, a aussi appris Radio-Canada.

Ce grand parc reliant l'île Bizard au parc régional du Cap-Saint-Jacques, en passant par le parc régional de l'Anse-à-l'Orme, le parc agricole du Bois-de-la-Roche et l'Arboretum Morgan, aurait huit fois la taille de Central Park, à New York, et quatre fois celle du parc du Mont-Royal, selon un document obtenu par Radio-Canada.

Carte du projet de parc.

D'une superficie de 3000 hectares, le grand parc de l'Ouest relierait quatre parcs existants ainsi que des aires protégées sur l'île Bizard.

Photo : Radio-Canada

Le projet comprend des fermes de production maraîchère biologique, des sentiers de randonnée pour piétons et cyclistes ainsi qu’un lien fluvial reliant l’île Bizard à Pierrefonds-Ouest. Selon nos informations, des essais avec une navette fluviale doivent d’ailleurs être réalisés cet été.

De passage à Montréal cette semaine pour une annonce de financement de bassins de rétention pour réduire les risques d’inondation à Montréal, le ministre fédéral de l'Infrastructure et des Collectivités, François-Philippe Champagne, n’a pas caché l’intérêt de son gouvernement pour ce dossier.

« C'est un projet qui m'interpelle. Ce que j'aime avec la mairesse Plante c'est qu'on voit grand [...] On va regarder le projet avec beaucoup d'attention », a affirmé M. Champagne.

Je m’inscris avec la mairesse Plante dans cette vision plus verte de Montréal : utiliser des infrastructures naturelles pour nous aider à nous adapter aux changements climatiques et aux catastrophes naturelles.

François-Philippe Champagne, ministre fédéral de l'Infrastructure et des Collectivités

Un obstacle pour la Ville : des promoteurs immobiliers réticents

Maquette du projet immobilier Cap-Nature.

Le projet immobilier a été lancé sous l'administration du maire Gérald Tremblay.

Photo : http://www.cap-nature.ca/cap-nature

L’administration Plante fait toutefois face à un obstacle. Une partie des terrains du futur grand parc de l’Ouest appartient aux promoteurs immobiliers de Cap-Nature. Le projet, lancé sous l’administration de Gérald Tremblay, prévoit la construction de 5500 unités d’habitation. Il a été modifié plusieurs fois, et la dernière version comprend des écoles, des garderies, des logements sociaux, des terrains sportifs et une zone de conservation de 180 hectares.

« Pendant 14 ans, la Ville de Montréal a été l'initiateur, le maître d'œuvre de ça [...] et là aujourd'hui on vient nous voir pour nous dire, bien vos terrains, il y a les écologistes qui disent on veut que vous les conserviez? Moi, ça fait 14 ans que la Ville me dit de les développer! », dénonce Marie-Pierre Durand, présidente des Immeubles l'Équerre et représentante du groupe de promoteurs.

Marie-Pierre-Durand.

Marie-Pierre Durand, présidente des Immeubles l'Équerre et représentante du groupe de promoteurs du projet Cap-Nature.

Photo : Radio-Canada

Selon des images obtenues par Radio-Canada, une partie des terrains de Cap-Nature a été inondée ce printemps, comme cela a été le cas en 2017.

La topographie du secteur illustre que les zones à l'ouest du développement immobilier sont également moins élevées par rapport au niveau du lac des Deux Montagnes et plus sujettes aux inondations, de l’avis d’experts, notamment autour du cours d'eau de l'Anse-à-l'Orme.

Un boisé inondé.

Des photos obtenues par Radio-Canada et datant du mois d’avril 2019 ont été prises dans le secteur du Ruisseau A qui débordait. Les promoteurs prévoient dans leur projet protéger trois principaux milieux humides : le marais Lauzon, le marais 90 et le Ruisseau A.

Photo : Radio-Canada

Des écologistes et des groupes de citoyens qui défendent la conservation de ces terrains depuis plusieurs années font valoir qu’il s’agit d’une barrière naturelle contre les inondations qui contient une biodiversité considérable (122 types d’oiseaux, dont certains « rares », 16 catégories de reptiles et d’amphibiens, et près de 300 espèces végétales).

L’hydrogéomorphologue Pascale Biron, qui étudie le fonctionnement naturel des cours d’eau au Québec, est convaincue de l’importance de préserver entièrement de tels sites naturels en milieu urbain.

Les milieux humides, c’est bien connu que ça sert d’éponge. D’où l’importance de les préserver, surtout dans des secteurs urbanisés comme autour de Montréal, où il y en a très peu.

Pascale Biron, hydrogéomorphologue

« Une approche hydrogéomorphologique bien reconnue ailleurs dans le monde se base sur les niveaux réellement atteints par l’eau. À partir du moment où on se sert de ça comme une façon de cartographier les zones inondables, c’est indéniable que les secteurs où on voit de l’eau sont en zone inondable », affirme celle qui est aussi professeure et directrice du Département de géographie, urbanisme et environnement à l’Université Concordia.

Les promoteurs du projet Cap-Nature rétorquent que leurs terrains n'ont jamais été inondés et ils affirment avoir réalisé leurs propres inspections. Ils ajoutent en outre que l'élimination de plus petits milieux humides et la préservation des trois principaux répondent aux exigences des précédentes administrations municipales ainsi qu’à celles du ministère québécois de l'Environnement.

« Si on a travaillé pendant 14 ans avec la Ville de Montréal, c’est parce que c’était un bon projet, et on continue de penser que c’est un très bon projet qui répond aux besoins des citoyens de la Ville de Montréal, un projet qui est très écologique, très vert. On a mis énormément d’argent dans ce projet-là parce qu’on y croyait, et il est toujours pertinent », affirme Marie-Pierre Durand.

« C'est un projet qui répond aux demandes des gens de la ville de Montréal d'avoir un endroit pour vivre. Un endroit d'assez haute densité, soit de 35 à 50 logements l'hectare. Par ce projet-là, on éviterait l'exode urbain au lieu d'aller dans la deuxième et troisième couronne autour de Montréal », fait valoir l’architecte de Cap-Nature, Luc Denis.

Carte des terrains appartenant aux promoteurs.

Les terrains appartenant aux quatre promoteurs du projet Cap-Nature (Groupe immobilier Grilli inc., Développement Pierrefonds, Les immeubles l’Équerre et Quartier de l’ouest de l’île S.E.N.C. L’entreprise HPFCO, qui possède toujours un lot, s’est retirée du dossier, selon Mme Durand).

Photo : Ville de Montréal

Le maire de l'arrondissement de Pierrefonds-Roxboro, Jim Beis, qui était en faveur du développement immobilier sous l'administration Coderre, croit aujourd’hui que le projet de parc est une « bonne idée », selon ce qu'il en coûtera à la Ville pour indemniser les promoteurs.

« Imaginez 360 hectares, ce que ça représente au niveau des coûts! [...] Je ne sais pas si une analyse a été faite pour le coût associé à l'achat ou l'expropriation de ces terrains-là. [...] Est-ce que ça va coûter 100 millions, 200 millions, 400 millions, 500 millions, un demi-milliard? On ne sait pas, il faut faire cette analyse-là! », souligne-t-il.

Marie-Pierre Durand n’a pas voulu dire si le groupe de promoteurs (Groupe immobilier Grilli inc., Développement Pierrefonds, Les immeubles l’Équerre et Quartier de l’ouest de l’île S.E.N.C.) souhaite intenter des procédures judiciaires.

« C’est quelque chose qu’on regarde, mais on n’a pas statué. [...] On regarde ce qu’on va faire pour l’avenir. [...] On a l’intention de le faire [le projet] et de prendre des mesures pour le faire », s’est limitée à dire l’entrepreneure immobilière.

La Ville ne construira pas d'infrastructures

De son côté, la mairesse Valérie Plante dit privilégier la négociation.

« Pour l’instant, la Ville n’a pas l’intention de desservir ces terrains en infrastructures, ils sont donc non-développables », a-t-elle affirmé par courriel.

Selon elle, ces terrains ont permis de réduire l'impact des inondations du printemps dernier.

« De façon plus générale, on voit clairement que ce site est une zone qui a été inondée, et ça démontre que cet espace vert agit comme une éponge pour l'ensemble du secteur lorsqu'il y a des inondations. On peut imaginer que, sans ce bassin de rétention naturel, la situation aurait été beaucoup plus critique ce printemps », écrit-elle.

Carte du projet immobilier.

Le projet de développement Cap-Nature prévoit la construction de résidences tout autour des milieux humides protégés, dont le Ruisseau A.

Photo : Marie-Pierre Durand/projet Cap-Nature

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Grand Montréal

Politique municipale