•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

88 résidents avec une seule préposée : un employé démissionnaire en cause

Extérieur de la Résidence 600 Bousquet de Drummondville.
Une préposée aux bénéficiaires aurait été seule avec 88 résidents à la Résidence 600 Bousquet de Drummondville vendredi dernier. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Si la Résidence 600 Bousquet de Drummondville s'est retrouvée avec une seule préposée pour 88 résidents vendredi dernier, c'est que l'autre préposé qui était à l'horaire a démissionné quelques minutes avant son quart de travail.

C'est du moins l'explication donnée par le président et directeur général du Regroupement québécois des résidences pour aînés, Yves Desjardins. Ce dernier affirme avoir parlé avec le propriétaire de la résidence pour comprendre la situation. Il s'est retrouvé mal pris à la dernière minute.

Ce n'est pas une situation souhaitable, mais la pénurie de main-d'oeuvre nous touche comme pratiquement tous les secteurs d'emplois. C'est difficile actuellement de recruter et de retenir le personnel.

Yves Desjardins, PDG du Regroupement québécois des résidences pour aînés

Selon Yves Desjardins, en fonction de la certification de cette résidence, il doit y avoir deux surveillants sur place en tout temps.

Pénurie de personnel partout

Ce dernier rappelle que la situation du 600 Bousquet n'est pas unique. De nombreuses résidences pour personnes âgées font face à un manque de main-d'oeuvre. C'est vraiment difficile. On en a fait part aux instances gouvernementales. C'est le défi de 2019 avec des taux de chômage tellement bas. Dans la région de Québec, c'est en bas de 3 %. C'est historique. On n'a jamais vu ça.

Le Regroupement invite donc ses membres à faire preuve d'originalité pour recruter des employés. Il faut faire autrement, ne pas seulement mettre des annonces dans les journaux. Il faut sortir et être plus agressif, croit M. Desjardins.

Il faut offrir des conditions gagnantes, ce n'est pas seulement le salaire. Dans le réseau public, on offre des salaires plus grands, mais on a aussi un problème de recrutement de la main-d'oeuvre. Le marché est tellement en grande demande que les employés ont le choix. C'est difficile de les garder.

Yves Desjardins, PDG du Regroupement québécois des résidences pour aînés

Le PDG du Regroupement soutient que « plusieurs mesures ont été mises en place pour favoriser la rétention de personnel » à la Résidence 600 Bousquet. On a offert un appartement gratuitement à un employé qui fait quelques jours consécutifs. Ça, ce sont des conditions gagnantes.

Estrie

Santé