•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sécurité renforcée chez Pièces d’autos Choc après un accident mortel

Deux policiers marchent dans la neige près de l'édifice de Pièces d'autos Choc.
Des policiers s'approchent du lieu où s'est produit l'accident mortel. Photo: Radio-Canada
Catherine Paradis

L'entreprise Pièces d'autos Choc de Laterrière a renforcé les mesures de sécurité pour les piétons à la suite de la mort d'un travailleur en janvier.

Edouard Guernon, 53 ans, a été écrasé par une chargeuse sur roues qui reculait.

L'enquête de la Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité au travail (CNESST) a mené à des changements de procédures, pour éviter que des piétons et des véhicules circulent sur les mêmes voies dans la cour où les pièces sont entreposées.

Édouard Guernon marchait dans la cour quand il a été écrasé par une chargeuse à roues.

Selon le rapport de la CNESST, le conducteur ne l'a pas vu même s'il portait un dossard orange, M. Guernon savait que son collègue s'affairait à déplacer un conteneur et l'alarme de recul fonctionnait sur la chargeuse.

Ces mesures se sont avérées insuffisantes. Ce qui a donc été demandé, et ce qui a été fait par l’entreprise est la mise en place de corridor réservé pour les piétons , précise le porte-parole régional de la CNESST, David Blouin.

Schéma montrant l'endroit de l'accident et l'emplacement de la victime et du véhicule dans la cour.La scène de l'accident a été reconstituée dans le rapport de la CNESST. Photo : CNESST

Depuis l'accident, les véhicules et les piétons ne circulent plus sur la même voie dans la cour de Pièces d'Auto Choc.

Le copropriétaire, Guy Boivin, a décliné notre demande d'entrevue, mais il assure que sa collaboration a été entière.

En plus des voies réservées, des affiches ont été ajoutées et des caméras supplémentaires ont été installées sur la chargeuse pour limiter les angles morts.

Sensibilisation renouvelée

Les inspecteurs de la CNESST soulignent l’intention de l’entreprise d’assurer un suivi officiel de la santé et sécurité au travail.

Un [comité de santé et de sécurité] CSS a déjà été actif dans l’entreprise. Toutefois, ses activités ont cessé à la suite du départ d’un employé en 2017. Les activités de ce comité devaient reprendre en 2019 , peut-on lire dans le rapport.

Édouard Guernon était un employé et un ami pour la trentaine de travailleurs, qui lésinent encore moins qu'avant sur les mesures de santé et sécurité au travail.

Saguenay–Lac-St-Jean

Prévention et sécurité