•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un pays sans plastique à usage unique, un plan difficile pour beaucoup de Canadiens

Une femme montre des ustensiles réutilisables et un contenant de verre.
Bethany Daman, du Green Action Centre, encourage les Manitobains à participer à « juillet sans plastique », une initiative mondiale visant à examiner de près leur consommation de plastique. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

La propriétaire d’une entreprise qui vend des produits écologiques tels que des couches réutilisables pour bébés et des emballages alimentaires à usage multiple ne sait pas comment les consommateurs vont s'adapter au plan visant à interdire les plastiques à usage unique au Canada d'ici 2021.

Ce sera difficile pour beaucoup de gens, même pour moi-même. Nous sommes tous occupés dans notre famille et nous oublions parfois d'apporter des sacs réutilisables, des couverts ou des pailles, affirme Pamela Doerksen.

Même si elle a consacré les 10 dernières années de sa vie à la protection de l'environnement, Mme Doerksen admet qu'il lui est impossible d'avoir une vie sans plastique.

Je ne peux pas dire que notre famille ne produit absolument pas de déchets, ajoute la femme de Niverville, au Manitoba.

Le gouvernement fédéral veut examiner les preuves empiriques existantes et faire ses propres recherches pour déterminer quels produits devront être interdits pour aider à réduire les millions de tonnes de déchets de plastique qui finissent dans les océans chaque année.

L'objectif est de présenter un plan complet visant l'interdiction de la vente et de l'utilisation d'articles en plastique à usage unique d'ici deux ans.

Dans le contexte actuel, il est presque impossible de s'éloigner complètement des plastiques à usage unique, estime Bethany Daman, du Green Action Centre.

Selon elle, l'absence totale de plastique sera difficile à atteindre. Ainsi, tous les gens n'ont pas forcément accès à un véhicule pour aller dans une épicerie qui n'utilise pas de plastique. De plus, le coût pourrait avoir une influence sur les consommateurs.

J'espère que, pendant cette discussion sur la réduction et l'élimination des plastiques à usage unique dans notre pays, le gouvernement fédéral continue de réfléchir à ce que cela implique , dit-elle.

Une femme pose avec ses quatre fils sur les branches d'un arbre.Pamela Doerksen espère que ses fils comprendront que leurs actions ont des conséquences sur l’environnement. Photo : Pamela Doerksen

Le Green Action Centre encourage les Manitobains à participer à juillet sans plastique, une initiative mondiale visant à examiner la consommation de plastique.

Cela pourrait donc signifier que les participants passent la première semaine de juillet à empiler les plastiques qui entrent dans leur maison, dit Mme Daman. Ensuite, il s'agit de prendre la décision d'éliminer ces choses et de trouver des solutions pratiques.

Pamela Doerksen espère que ses fils comprendront que leurs actions ont des conséquences sur l’environnement.

Si on utilise une bouteille d'eau, il faut se demander où cette bouteille d'eau se retrouvera [après son utilisation], ajoute celle qui a décidé de fermer prochainement son entreprise pour des raisons environnementales.

Manitoba

Pollution