•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Immigration et laïcité : le recours au bâillon de plus en plus probable à Québec

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
80ACD92E-EC33-466B-9D25-163E87CC8D84

Jardins du Parlement de Québec (Assemblée Nationale). Fleurs, tulipes, végétation, printemps, statue et fontaine.

Photo : Radio-Canada / Daniel Coulombe

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les députés de la CAQ ont reçu la consigne de rester disponibles samedi et dimanche et de ne pas trop s'éloigner de Québec. Selon nos informations, le ministre Simon Jolin-Barrette pourrait recourir à un ou même deux bâillons pour adopter les projets de loi sur la laïcité et l’immigration.

La fin de session parlementaire s'annonce donc mouvementée à l'Assemblée nationale, où d'importants projets de loi doivent encore être adoptés.

Ce n'est un secret pour personne : les projets de loi sur la réforme de l'immigration et sur la laïcité sont prioritaires pour le gouvernement Legault. D'ailleurs, le premier ministre a toujours dit qu'il souhaitait qu'ils soient adoptés avant la fin de cette session parlementaire.

Or, le temps presse. Selon l'horaire normal, les travaux des députés doivent se terminer vendredi, et l'étude des deux projets de loi en commission parlementaire avance lentement. Pour le projet de loi sur l'immigration, plus de la moitié des 21 articles n'ont pas encore été abordés, et pour la laïcité, l'étude est tout aussi laborieuse.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article

Entrevue avec Sébastien Proulx, leader parlementaire de l'opposition officielle à Québec, à l'émission En direct avec Patrice Roy

D'ailleurs, mardi soir, le ministre Simon Jolin-Barrette a voulu faire montre de bonne volonté en acceptant d'inclure une définition des signes religieux à interdire dans son projet de loi, soit « tout objet, notamment un vêtement, un symbole, un bijou, une parure, un accessoire ou un couvre-chef », qui serait « porté en lien avec une conviction ou une croyance religieuse » et « raisonnablement considéré comme référant à une appartenance religieuse ».

Avec les informations de Martine Biron

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !