•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des résidents s'opposent au projet immobilier Bloome à Gatineau

Des lettres hautes d'au moins deux mètres forment le mot «Bloome» sur le terrain vacant situé coin Saint-Jospeh et Montclair.

Un nouveau projet de développement au coin du boulevard Saint-Joseph et du boulevard Montclair pourrait voir le jour dans le secteur de Hull à Gatineau.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Un nouveau projet résidentiel et commercial à l'intersection des boulevards Saint-Joseph et Montclair, à Gatineau, se bute déjà à de l'opposition. Des résidents qui habitent une tour de logements voisine ont obtenu la tenue d'un registre.

Le syndicat des copropriétaires de l'édifice Blackburn soutient que le projet immobilier Bloome, du groupe Kevlar — qui souhaite construire 3 immeubles de 10, 17 et 30 étages — leur cacherait la vue. Les opposants rappellent également que le zonage dans ce secteur ne permet qu'une hauteur de 10 étages.

Le projet immobilier Bloome, qui a franchi une nouvelle étape au conseil municipal mardi, reçoit l'appui du président du Comité consultatif d'urbanisme, Jocelyn Blondin, et du conseiller du quartier, Cédric Tessier.

Le zonage permet 10 étages, peu importe le projet, les 10 premiers étages de cet édifice d’habitation [Blackburn], leur vue va être coupée de toute façon , souligne M. Tessier, qui représente le district de Hull-Wright.

Si jamais ce projet-là tombe, j’espère que le promoteur va se rasseoir à la table pour essayer de trouver un autre projet.

Cédric Tessier, conseiller du district de Hull-Wright

Le plan d'urbanisme prévoit à cet endroit-là 10 étages. Le projet du promoteur en termes de hauteur et d'occupation du sol c'est 10 étages sur Saint-Joseph, mais 17 étages en arrière, sur Ducharme, et 30 étages au coin de Ducharme et Montclair , précise M. Tessier.

Le président du groupe Kevlar, René Bellerive, dit avoir suivi les règles de l'art et croyait même avoir l'appui des citoyens.

Lorsqu'on a fait la consultation publique, ça a été reçu favorablement par tous les résidents qui étaient là. Il y avait seulement un couple gentil qui était là et qui disait : ''On veut pas que vous ayez plus que 10 étages, parce que, de notre bâtiment, on ne verra plus la fontaine du Lac-Leamy'' , se remémore-t-il.

C'est la demande du projet particulier de construction, de modification ou d'occupation d'un immeuble (PPCMOI) qui a été adoptée mardi soir. Ce PPCMOI est une mesure d'exception qui permet d'encadrer le développement urbain, au cas par cas, selon le site Internet de la Ville de Gatineau.

De nombreuses inquiétudes

Outre la vue bloquée, les résidents de l'immeuble à logements s'inquiètent du volume de véhicules qu'un tel projet ajouterait dans le secteur, mais demandent surtout à la Ville de respecter ses propres règlements.

On le connaît le projet, il l'a exposé, on dit non. Respectez donc le règlement municipal, c'est 10 étages, c'est simple , explique Claude Lamarche, un résident de l'édifice concerné.

Cédric Tessier soutient qu'il a invité les opposants à rencontrer le promoteur, mais sans succès. S'il reconnaît le droit légitime des citoyens à demander la tenue d'un registre, le conseiller espère que ce ne sera pas le cas, puisqu'un nombre suffisant de signatures aura pour effet de bloquer le projet.

Il est à noter que le registre peut légalement mener vers un référendum, une étape que la Municipalité n'a franchie que très rarement.

Avec les informations de Nathalie Tremblay

Ottawa-Gatineau

Politique municipale