•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus de 200 personnes assistent aux audiences du BAPE à Lac-Mégantic

Plus de 200 citoyens prennent part aux audiences du BAPE à Lac-Mégantic. Photo: Radio-Canada / Mélissa Fauteux
Radio-Canada

La première soirée des audiences du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) concernant la construction d’une voie de contournement ferroviaire à Lac-Mégantic a fait salle comble. Plus de 200 citoyens se sont déplacés pour en savoir davantage sur ce projet d’envergure auquel tient une partie de la population, mais qui suscite aussi de vives inquiétudes.

Dans un premier temps, un ingénieur de la firme Stantec a présenté une vue d’ensemble du projet en précisant les répercussions sur l'environnement et sur le milieu humain. Ce nouveau tronçon de 12 km traverserait les municipalités de Nantes, Lac-Mégantic et Frontenac.

Les autorités municipales sont d’avis que l’aménagement d’une voie ferrée évitant le centre-ville rendrait plus sécuritaire le transport ferroviaire et calmerait le sentiment d'insécurité qui anime une partie de la population.

Un citoyen tient une carte du tracé à l'étude. Les citoyens sont invités à prendre part aux audiences du BAPE sur le projet de construction d'une voie de contournement ferroviaire. Photo : Radio-Canada

En contrepartie, les pertes de végétation terrestre seront de 69 hectares, dont 43 hectares en milieux humides. Quant au territoire agricole protégé, il sera réduit de 61 hectares. Les mesures pour compenser ces pertes sont estimées à 8 millions de dollars, montant qui n’est pas inclus dans le coût total du projet de 133 millions de dollars.

De plus, les citoyens, dont la résidence se situe aux abords du nouveau tracé, subiront certainement une perte de valeur de leur propriété.

Le déménagement de la gare de triage au coeur des préoccupations

Le projet analysé par le BAPE n’inclut pas le déménagement de la gare de triage dans le parc industriel de Lac-Mégantic. Ainsi, des opérations de triage pourraient toujours avoir lieu à Nantes ou au point d’arrêt nommé Vachon. Des citoyens considèrent qu’il s’agit d’une aberration, puisque ces deux stations se situent en haut d’une pente.

On se retrouve avec les mêmes facteurs de risques qu’avant la tragédie, a lancé le porte-parole des citoyens et organismes engagés pour la sécurité ferroviaire, Robert Bellefleur.

La Ville de Lac-Mégantic a annoncé qu’elle réclamera des modifications au projet en vue d’aménager la gare de triage dans le parc industriel. Or, le président de la Commission, Joseph Zayed, a précisé que toutes les conséquences possibles doivent faire partie du processus actuel, autrement, des retards sont à prévoir.

Joseph Zayed présente le déroulement de la commission d'enquête du Bureau d'audiences publiques sur l'environnement à Lac-Mégantic. Joseph Zayed préside la commission d'enquête du Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE). Photo : Radio-Canada

Par ailleurs, la grogne s'installe chez plusieurs résidents touchés par le tracé choisi. Je trouve ça déplorable qu’on se réunisse pour avoir des informations et qu’on ait ça à la dernière minute. On veut voter pour un projet et on n’a pas les vraies données, a exprimé Émery Bélanger, propriétaire d’une érablière.

La première partie des audiences se poursuivra mercredi. Le dépôt des mémoires est réservé à la deuxième partie des audiences, qui commencera le 16 juillet prochain.

La Commission devrait rendre son rapport au ministère de l’Environnement en octobre.

Estrie

Déraillement de train