•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’Agence d’évaluation environnementale consulte la population sur Énergie Saguenay

Deux hommes et une femme regardent une carte illustrant l'usine Énergie Saguenay.
Des employés de GNL Québec observent la carte de l'usine Énergie Saguenay. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

L'Agence canadienne d'évaluation environnementale est de passage dans la région mardi pour consulter la population au sujet du projet d'usine de liquéfaction de gaz naturel de GNL Québec. 

Appuyée par différents ministères, l’Agence recueille les questions et commentaires des citoyens. Ces derniers ont jusqu'à lundi pour faire part de leurs préoccupations au gouvernement fédéral.

Une autre période de consultation est prévue en 2020. Cette fois-ci, le public pourra commenter le rapport préliminaire de l'Agence. Le rapport final sera remis à la ministre de l'Environnement du gouvernement fédéral, Catherine McKenna.  

Ça se trouve à être les recommandations de l’Agence à la ministre qui contiennent les conclusions de l’Agence sur l’importance des effets environnementaux basés sur l’avis des ministères experts. Dans le fond, on va consulter le public sur ces recommandations-là avant de les faire à la ministre , explique la gestionnaire de projets à l'Agence canadienne d'évaluation environnementale, Geneviève Bélanger.

Un plan sommaire de l'usine de liquéfaction de gaz naturel de GNL Québec a été rendu public.Un plan de l'usine de liquéfaction de gaz naturel de GNL Québec Photo : Radio-Canada / Mélissa Savoie-Souières

Mise en demeure des groupes environnementaux

Par ailleurs, la gestionnaire de projets explique que son organisation analyse toujours la façon dont elle répondra à la mise en demeure des groupes environnementaux qui réclament une analyse plus large des projets industriels dans le fjord du Saguenay.  

Ils demandent d’ailleurs une étude globale du trafic maritime engendré par les projets, dont GNL Québec. 

La Coalition Fjord est déçue de toute cette attente. La mise en demeure a été envoyée il y a un mois.

On veut que [le trafic maritime] soit pris en compte de manière complète, pas juste sur certains aspects. On veut savoir l’impact sur la biodiversité, l’impact des gaz à effet de serre, etc. , soutient le porte-parole du groupe, Adrien Guibert-Barthez.

D'après les informations de Gilles Munger

Saguenay–Lac-St-Jean

Énergie