•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

En environnement, les conservateurs « jouent un jeu dangereux », dit Trudeau

Justin Trudeau a répondu aux premiers ministres conservateurs qui exigent des assouplissements majeurs de deux projets de loi libéraux. Photo: La Presse canadienne / Sean Kilpatrick
Radio-Canada

Le premier ministre Justin Trudeau affirme qu'il serait « tout à fait irresponsable » de la part des premiers ministres conservateurs de menacer de faire éclater le pays si le gouvernement fédéral n'acceptait pas tous les amendements du Sénat concernant les projets de loi visant à protéger l'environnement.

Les libéraux devraient indiquer, possiblement dès mercredi, ce qu'ils entendent faire des 187 amendements apportés au projet de loi C-69 par le Sénat, la semaine dernière.

Le projet de loi en question reverrait la façon dont le gouvernement fédéral évalue les grands projets d'infrastructures, allant des oléoducs aux autoroutes interprovinciales.

Les premiers ministres conservateurs de l'Alberta, de la Saskatchewan, du Manitoba, de l'Ontario et du Nouveau-Brunswick ainsi que le chef du gouvernement non partisan des Territoires du Nord-Ouest ont écrit une lettre « urgente » à M. Trudeau, lundi, lui disant qu'il devait accepter jusqu'au dernier amendement ou risquer de nuire à l'unité nationale.

Selon eux, C-69 rendra virtuellement impossible la construction d'un nouvel oléoduc majeur au pays, et fera fuir les emplois et les investissements du secteur de l'énergie.

Les chefs de gouvernement veulent également jeter aux orties le projet de loi C-48, qui interdirait de façon permanente l'accostage et le plein des pétroliers dans des ports de la Colombie-Britannique situés au nord de Vancouver.

M. Trudeau s'en est pris à ses homologues provinciaux lorsque la lettre a été mentionnée par la chef conservatrice adjointe Lisa Raitt lors de la période de questions.

« Le premier ministre prendra-t-il la bonne décision, soit évaluer les amendements proposés par le Sénat et les accepter tous? », a-t-elle demandé.

Le principal intéressé a répondu que le gouvernement était heureux d'accepter des amendements qui amélioreraient le projet de loi et qui seraient dans l'intérêt de la nation.

Ce que nous n'accepterons pas, ce sont des premiers ministres qui disent que "l'unité nationale est menacée'' [s'ils n'ont] pas gain de cause.

Justin Trudeau.

« Ce n'est pas de cette façon que l'on unit le pays. »

« Fédéralisme coopératif »

Le chef du gouvernement albertain, Jason Kenney, n'a pas été impressionné par la réplique de Justin Trudeau, affirmant que ses homologues avaient signé la lettre « dans la meilleure tradition de fédéralisme coopératif ».

« Nous avons seulement demandé à ce qu'on nous entende, et cette fin de non-recevoir de la part du gouvernement fédéral est la véritable menace envers l'économie et l'unité du pays », a-t-il affirmé sur Twitter.

Mme Raitt a, de son côté, précisé que les premiers ministres évoquaient l'unité nationale en tant que représentants d'une majorité de Canadiens.

M. Trudeau a déjà indiqué qu'au moins l'un des amendements du Sénat, qui a rendu optionnel le fait de consulter les Premières Nations, n'était pas recevable. « Je ne crois pas que les Canadiens veulent revenir aux années Harper, où l'on ignorait les Premières Nations lorsque venait le temps d'exploiter les ressources naturelles. Répéter ce que Stephen Harper a fait pendant 10 ans, voilà une bonne façon de ne rien accomplir. »

Le cabinet fédéral s'est penché sur ce dossier lors de sa rencontre hebdomadaire, mardi, et une motion détaillant les amendements que le gouvernement entend accepter et ceux qui seront rejetés pourrait être déposée dès mercredi à la Chambre des communes.

Avec les informations de La Presse canadienne

Politique fédérale

Politique