•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une nouvelle vie pour les Fermes Solidar

Un bâtiment agricole des fermes Solidar.

Pierre Girard, dont la ferme laitière est située dans le secteur de La Baie, compte exploiter au maximum les 250 acres de terre biologique.

Photo : Radio-Canada / Catherine Paradis

Radio-Canada

Les Fermes Solidar changent de mains. La congrégation des Soeurs-du-Bon-Conseil a vendu les terres et les bâtiments agricoles du rang Saint-Joseph à Pierre Girard, un producteur laitier de La Baie.

Les religieuses avaient mis les actifs en vente l'automne dernier. La bergerie n'était plus rentable et la communauté n'avait plus de relève pour continuer à gérer la ferme mise en place avant les années 30.

Les Fermes Solidar étaient assorties d’une mission sociale, dont l'objectif était d’aider les jeunes et de faciliter l’intégration à l’emploi.  

Je suis très sereine et la communauté aussi. Les soeurs étaient joyeuses, heureuses. La mission va se poursuivre, se transmettre.

Soeur Cécile Fredette, Congrégation des Sœurs-du-Bon-Conseil

Je me dis qu'on laisse une maison, une belle maison, de beaux bâtiments, un beau site. Nous avons de la satisfaction parce qu’on sait que le volet agricole va se poursuivre , enchaîne Cécile Fredette.

Pierre Girard et Céline Fredette se serrent la main.

L'agriculteur Pierre Girard a acheté les Fermes Solidar de la congrégation des Soeurs-du-Bon-Conseil, représentée par soeur Céline Fredette.

Photo : Radio-Canada / Catherine Paradis

Le nouveau propriétaire aimerait poursuivre dans la même veine, mais il préfère attendre avant de s'avancer.

Pour rentabiliser son investissement, qui dépasse largement la simple valeur des terres, le producteur laitier souhaite d'abord transformer l'ancienne résidence des soeurs en gite ou en lieu d'hébergement pour des travailleurs temporaires.

Des entreprises comme [Métaux] BlackRock et GNL vont amener du monde, des activités , signale Pierre Girard.

Avec sa ferme laitière située à La Baie, le producteur souhaite surtout exploiter les 250 acres de terre biologique.

Avec deux étables de plus, l’acquéreur songe aussi à élargir sa production laitière, voire développer de nouveaux créneaux de production animale.

Pour moi, ça va être une étape de vie pour apprendre à cultiver bio. La demande du consommateur est là. C’est difficile de transformer une ferme comme la mienne en bio, mais si on développe des créneaux intéressants, j’ai la possibilité, en procédant par étapes, de faire du fromage spécial , explique celui qui songe à aménager un petit kiosque à la ferme pour vendre ses produits.

D'après le reportage de Catherine Paradis

Saguenay–Lac-St-Jean

Agriculture