•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec reporte sa décision sur le remplacement du CTMA Vacancier

Le CTMA Vacancier au port de Cap-aux-Meules

Le CTMA Vacancier au port de Cap-aux-Meules

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Joane Bérubé

Le conseil des ministres ne se penchera pas mercredi, comme prévu, sur le rapport du comité interministériel sur le remplacement du CTMA Vacancier.

Le Cabinet du ministre des Transports, François Bonnardel, indique que des éléments imprévus forcent le report de l’étude du dossier.

Ce contretemps n’inquiète pas le maire des Îles-de-la-Madeleine, Jonathan Lapierre, ni le député des Îles-de-la-Madeleine à l’Assemblée nationale, Joël Arseneau. On n’est pas à une semaine ou deux semaines près, souligne M. Arseneau, il faut simplement que la décision soit positive. Je pense que l’essentiel du travail a vraisemblablement été réalisé. On nous a rassurés sur l’appréciation qu’a le gouvernement tant de l’entreprise CTMA que de l’importance du désenclavement que du projet touristique lié aux croisières.

D’ailleurs, selon le maire, les discussions se poursuivent entre les Madelinots et le gouvernement.

Jonathan Lapierre s’attend lui aussi à une décision d’ici deux à trois semaines.

Le gouvernement Legault a abrogé, en janvier dernier, le décret publié par le précédent gouvernement qui octroyait le contrat de la desserte pour 20 ans à la CTMA.

La décision annulait aussi un appel d’offres international pour la construction d’un nouveau navire.

Un comité interministériel a été mis sur pied pour analyser les besoins des Madelinots et les différents scénarios de desserte.

Parti pris pour la Davie

Plus tôt dans la journée, mardi, le député Joël Arseneau, avait fait part, en conférence de presse, de l’intérêt pour l’économie du Québec de confier la construction d’un nouveau navire au chantier Davie de Lévis.

Il s’agit, a-t-il indiqué, d’un projet phare de la Stratégie maritime québécoise.

Il fait valoir que Québec doit imiter Ottawa qui a récemment décidé de confier à la Davie la construction du nouveau traversier entre Souris et Cap-aux-Meules.On ne peut plus se contenter de réclamer notre part des contrats fédéraux. Québec a la responsabilité de contribuer à la relance durable de l’industrie navale de chez nous .

C’est aussi, ce que croit le président de l'Association des fournisseurs de la Davie, Pierre Drapeau, qui représente 879 fournisseurs répartis partout au Québec. On a l’occasion dans le dossier du CTMA de voir comment le nouveau gouvernement Legault envisage le nationalisme économique. On ne veut pas d’un navire norvégien ou indien, comme dans le cas des trains du REM, on veut un navire québécois au service des Québécois.

Il s’agit d’un projet industriel et touristique d’exception créateur d’emplois et de richesses tant pour les Îles-de-la-Madeleine que pour la région de Lévis, de Québec et des quatre coins du Québec.

Joël Arseneau, député des Îles-de-la-Madeleine à l’Assemblée nationale

Le député Arseneau a aussi rappelé que l’offre de transport du fret, comme celle de croisières de la Coopérative de transport maritime et aérien (CTMA) des Îles-de-la-Madeleine, servait tant au désenclavement des Madelinots qu’à la découverte touristique de l’estuaire et du golfe Saint-Laurent.

Butte de Cap-aux-Meules, à l'entrée des Îles-de-la-Madeleine

Butte de Cap-aux-Meules, à l'entrée des Îles-de-la-Madeleine

Photo : Tourisme Îles de la Madeleine

Joël Arseneau estime que depuis 17 ans, 80 000 personnes ont ainsi découvert le fleuve et les Îles grâce à la CTMA.

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Tourisme