•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Difficile de développer ses habiletés au squash, en Saskatchewan

Juan Mateo Buitrago (blanc) est l'un des rares athlètes de squash en Saskatchewan à avoir disputé des compétitions internationales au cours des dernières années.

Photo : Radio-Canada / Samuel Desbiens

Samuel Desbiens

Juan Mateo Buitrago, un étudiant en kinésiologie à l’Université de la Saskatchewan, joue au squash depuis 10 ans. Le Colombien d'origine est littéralement tombé en amour avec ce sport depuis qu'il est arrivé à Saskatoon en 2009, mais il a été confronté à une réalité provinciale : il y a trop peu de joueurs en Saskatchewan pour lui permettre d'atteindre son plein potentiel.

Juan Mateo Buitrago a rapidement fait ce constat en mettant les pieds au Canada. Le nombre restreint de joueurs et le manque d’adversaire de haut niveau en Saskatchewan devenaient source de frustration à chaque fois qu'il souhaitait élever son jeu d'un cran pour se mesurer aux meilleurs joueurs au monde.

Il a tout de même participé à des compétitions nationales et internationales, mais sa préparation pour ces tournois en a souffert.

J'aime le squash, mais je suis passé par un peu de frustration par le passé. C’est difficile d’essayer d’être un joueur compétitif ici, parce qu’il n’y a pas assez de joueurs, pas assez de tournois et pas assez de terrains.

Juan Mateo Buitrago, joueur de squash

Le directeur général de l'Association de squash de la Saskatchewan, Brad Birnie, affirme que près de 2 000 personnes jouent au squash en Saskatchewan. La province compte environ une vingtaine de terrains, dont quatre sur le site de l'Université de la Saskatchewan.

À titre comparatif, en Alberta, environ 50 000 joueurs pratiquent le sport et 130 terrains de squash sont aménagés sur le territoire.

On sait très bien que nous sommes une petite province et qu’on ne peut pas atteindre les chiffres du Québec, de l’Ontario, de l’Alberta ou de la Colombie-Britannique, mais on aimerait que plus de nos joueurs souhaitent évoluer à un niveau plus élevé, avoue Brad Birnie.

Deux joueurs de squash disputent une partie amicale.

L'Association de squash de la Saskatchewan estime que près de 2 000 joueurs fréquentent la vingtaine de terrains de squash à travers la province. L'Université de la Saskatchewan possède quatre d'entre eux.

Photo : Radio-Canada / Samuel Desbiens

À la rencontre des jeunes

Afin d'augmenter le bassin de joueurs dans la province, l'Association de squash de la Saskatchewan a récemment déployé des entraîneurs dans des écoles secondaires de la province pour faire la promotion de ce sport auprès des jeunes.

On veut les inciter à essayer le sport et faire en sorte qu'ils bougent un peu plus, mais on veut aussi mettre en place davantage de compétitions provinciales. Pour en arriver là, on doit avoir plus d’athlètes.

Brad Birnie, directeur général de l'Association de squash de la Saskatchewan

De son côté, Juan Mateo Buitrago salue l'initiative. Il est heureux de constater que l'Association de squash de la Saskatchewan tente d'attirer les jeunes en allant à leur rencontre.

Ce n’est plus un sport mystérieux. Les jeunes savent que le squash existe et pour moi, c’est déjà un grand succès, ajoute-t-il.

Brad Birnie, directeur général de l'Association de squash de la Saskatchewan.

Le directeur général de l'Association de squash de la Saskatchewan, Brad Birnie, espère inciter les jeunes à découvrir le squash.

Photo : Radio-Canada / Samuel Desbiens

Le rêve olympique

La Fédération internationale de squash a subi quatre revers en autant de tentatives dans sa mission d'intégrer le programme des Jeux olympiques d’été au cours des dernières années.

Après avoir raté les Jeux de Londres et de Rio de Janeiro en 2012 et en 2016, il a déjà été annoncé que le squash devra une fois de plus passer son tour lors des Jeux olympiques qui seront présentés à Tokyo en 2020 et à Paris en 2024.

Brad Birnie et Juan Mateo Buitrago, eux, demeurent convaincus que le squash sera du rendez-vous olympique sous peu.

C’est le rêve de tout joueur de squash, partout dans le monde. Il faut rester positif, car on mérite notre place aux Jeux olympiques, estime Juan Mateo Buitrago.

Il s’agirait aussi, aux yeux de Brad Birnie, de la meilleure vitrine afin de créer plus d’engouement autour du sport, tant en Saskatchewan qu'au Canada.

Saskatchewan

Sports de raquette