•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Valoriser les mauvaises herbes avec la photographie

Le photographe Yves Arcand devant ses photographies.

Le photographe Yves Arcand admire ses oeuvres, exposées aux Jardins de Métis jusqu'au 6 octobre.

Photo : Radio-Canada / Miriane Demers-Lemay

Miriane Demers-Lemay

Porter un regard nouveau sur les éléments du jardin qui sont dévalorisés ou jetés : voici l’objectif du photographe Yves Arcand, avec sa série de photographies intitulée Antifloral, exposée aux Jardins de Métis.

En travaillant dans mon jardin, j’ai eu comme idée de photographier tout ce que les gens ne veulent pas voir, raconte le photographe et enseignant au Cégep de Matane Yves Arcand.

Le titre est Antifloral, pour faire contraste avec les photographies de fleurs très colorées, très belles, très attirantes, qu’on voit habituellement, ajoute-t-il.

Gros plan en noir et blanc de résidus au sol

Avec ses photographies en noir et blanc, Yves Arcand cherche à susciter une réflexion sur les éléments dévalorisés des jardins.

Photo : Courtoisie : Yves Arcand

L’artiste a choisi de porter son objectif vers les mauvaises herbes, les feuilles mortes et autres éléments impopulaires des jardins.

Ses photographies sont en noir et blanc et d’une grande netteté. Selon Yves Arcand, le résultat en est presque abstrait. Lui-même voit, dans les formes des végétaux, des éléments qui rappellent autant la mort que des amants qui s’enlacent.

On peut voir que c’est possible de porter un regard esthétique et intéressant sur des sujets qui sont normalement dénigrés.

Yves Arcand, photographe

Le photographe se dit ravi que ses œuvres soient exposées aux Jardins de Métis.

Je pense que c’est le lieu le plus approprié que je pouvais trouver, dit-il. C’est l’endroit le plus pertinent pour exposer cette série, que ce soit par le sujet [des photos], mais aussi par le souci des Jardins à apporter une vision différente.

Les photographies seront exposées sur le mur-écran à l’entrée des Jardins de Métis jusqu’au 6 octobre.

Bas-Saint-Laurent

Photographie