•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le programme de formation en soins paramédicaux est suspendu à Grand-Sault

Un ambulancier de Ambulance NB ferme les portes d'un camion.
Les aspirants ambulanciers de Grand-Sault sont invités à suivre le programme à partir de Campbellton. Photo: Radio-Canada / Catherine Allard
Anaïs Brasier

Le nombre de demandes d’admission étant trop faible pour l’automne 2019, le programme de formation des futurs ambulanciers du Collège communautaire du Nouveau-Brunswick (CCNB) à Grand-Sault a été suspendu.

C’est une cohorte de 24 places et il y avait seulement 6 demandes d’admission, explique le premier vice-président et secrétaire général du CCNB, Sylvio Boudreau. Ce n'est pas suffisant.

C'est notamment en raison des frais engendré par la formation. Un programme, qu'il y ait deux étudiants ou vingt étudiants, les coûts sont les mêmes, ajoute Sylvio Boudreau. Donc ce n'est pas rentable s'il y a seulement deux ou trois personnes. Il faut savoir qu'il n'y a aucune garantie que les six demandes d'admission se transforment toutes en inscriptions réelles.

Les étudiants qui souhaitaient suivre la formation à Grand-Sault sont invités à s'inscrire au même programme offert à Campbellton, où il y a encore des places disponibles.

Deux cohortes consécutives, est-ce trop?

La décision ne touche pas les étudiants de la première cohorte du programme, qui ont entamé leur formation à l'automne 2018 et qui seront diplômés en février 2020. Ceux-ci pourront continuer et terminer leur formation à Grand-Sault.

Cette première cohorte est composée de 12 étudiants. Possiblement qu’offrir deux années consécutives une cohorte à Grand-Sault, c’est des années trop près, se questionne Sylvio Boudreau. Il faudrait peut-être le faire aux deux ans ou aux quatre ans.

Les étudiants dans une classe. La première cohorte du programme, qui a commencé à l'automne 2018, est composée de 12 étudiants. Photo : Radio-Canada

Il faut préciser que le programme est suspendu et non supprimé. Il pourrait donc refaire son apparition à Grand-Sault ultérieurement.

Le CCNB pourrait aussi offrir le programme dans d'autres régions, selon la demande et la réalité du marché. Ainsi, il pourrait être offert une année à Grand-Sault, l'année suivante à Dieppe, et revenir à Grand-Sault après deux ans.

Le gouvernement doit mettre ses culottes

Le ministre de l'Éducation postsecondaire, de la Formation et du Travail, Trevor Holder, assure qu'il s'agit d'une décision du CCNB, et non du gouvernement.

Il se veut également rassurant en rappelant que le programme a été suspendu et pas supprimé. Nous allons nous assurer que les aspirants étudiants intéressés par ce programme à Grand-Sault pourront le suivre ailleurs dans le réseau du CCNB.

Cependant, le député libéral Jean-Claude d'Amours estime que le gouvernement doit mettre ses culottes et donner des indications claires .

Chaque perte potentielle pour ce programme est importante, en raison de la pénurie de personnel dans le milieu ambulancier, ajoute-t-il. On sait que les employés paramédicaux à travers la province sont en manque. [...] Ça veut dire qu’au cours des prochaines années on va avoir encore moins de professionnels ambulanciers.

Avec les informations de Kassandra Nadeau et Michel Corriveau

Nouveau-Brunswick

Éducation