•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vancouver, un « modèle à suivre » en matière d’accessibilité

Un couple pose devant une fontaine au centre-ville de Vancouver.

À la veille de leur retour au Québec, Aubert et Olivia dressent un bilan positif de l’accessibilité pour les personnes à mobilité réduite à Vancouver.

Photo : Radio-Canada / Alex Lamic

Geneviève Lasalle

Aubert Caron-Guillemette se déplace en fauteuil roulant depuis l’âge de 16 ans. Après un an à Vancouver, le Québécois dresse un bilan positif de l’accessibilité pour les personnes à mobilité réduite dans la région et croit que les autres villes canadiennes devraient s'en inspirer.

Originaire du Bas-Saint-Laurent, Aubert étudiait à Québec avant de s’expatrier à Vancouver, le temps d’une année passée comme moniteur de langue avec le programme Odyssée.

Je pense que Vancouver a réfléchi à l’accessibilité et a commencé à faire quelque chose de beau et d’intéressant avant plusieurs autres villes canadiennes.

Aubert Caron-Guillemette

Aubert Caron-Guillemette nous donne son avis sur l'accessibilité à Vancouver.

Nous sommes tombés en amour avec Vancouver , dit Olivia Fournier, conseillère au Conseil scolaire francophone de Vancouver et étudiante en maîtrise de psychoéducation, avec qui Aubert partage sa vie. On n’est jamais freinés dans nos activités , dit-elle.

Un jeune homme se déplace en fauteuil roulant au centre-ville de Vancouver.

« Nous ne sommes jamais freinés dans nos activités », se réjouit Olivia Fournier, conseillère au conseil scolaire de Vancouver.

Photo : Radio-Canada / Alex Lamic

Si Aubert avait l’habitude d’effectuer des recherches pour vérifier l’accessibilité d’un endroit, ou encore de planifier ses déplacements en détail avant une sortie, à Vancouver, il part, tout simplement .

C’est une question de statistiques. Il y a plus de chances au Québec que ce ne soit pas accessible, à Vancouver, plus de chance que ce le soit.

Aubert Caron-Guillemette

Vancouver, championne de l’accessibilité en transport en commun

Vancouver gagne des notes très importantes quand on parle du système de transport en commun. Il est très bien développé dans toute la région.

Aubert Caron-Guillemette

La totalité des véhicules, soit les autobus, les trains et les « seabus » ainsi que les gares et les terminaux sont actuellement accessibles aux personnes à mobilité réduite.

Le transport en commun nous permet d'aller vers les gens et les lieux qui comptent le plus. Ce n'est pas différent pour quelqu'un qui a des besoins d'accessibilité spéciaux.

Jill Drews, porte-parole de Translink
Un train du Skytrain, système de transport en commun du Grand Vancouver.

Tous les véhicules du Grand Vancouver, des gares et des terminaux sont actuellement accessibles aux personnes à mobilité réduite.

Photo : Translink

Grand voyageur, Aubert compare l'accessibilité des transports en commun à d’autres villes du Canada.

Montréal fait des efforts pour développer son transport en commun, mais elle n’est pas à niveau encore.

Aubert Caron-Guillemette

Seulement 20 % des stations de métro à Montréal sont actuellement accessibles. La station Bonaventure deviendra en juillet la 15e station sur 65 à avoir un accès universel, selon un porte-parole de la Société des transports de Montréal. La Ville souhaite rendre toutes les stations de métro accessibles d’ici 2030.

Repenser la mobilité

Un jeune homme profite du beau temps au centre-ville de Vancouver.

Avoir une sensibilité supplémentaire, ce n’est pas seulement rendre les déplacements possibles, mais les rendre faciles, dit Aubert Caron-Guillemette.

Photo : Radio-Canada / Alex Lamic

Aubert rappelle que certains gestes simples, comme dégager un espace encombré, peuvent faire une différence.

Avoir une sensibilité supplémentaire, ce n’est pas seulement rendre les déplacements possibles, mais de les rendre faciles.

Aubert Caron-Guillemette

Des fois, il y a un pot de fleurs décoratif à l’entrée d’une boutique , dit-il. Ce n’est pas grand-chose de le déplacer un peu plus loin.

Il faut repenser l’accessibilité urbaine, non seulement pour les 2 millions de Canadiens qui se déplacent en fauteuil roulant, mais aussi pour ceux et celles qui pourraient se déplacer avec une grande poussette, par exemple, ou qui sont blessés et doivent se déplacer avec des béquilles, estime Aubert.

Profiter du territoire

Aubert croit que la facilité d'accès qu'il voit à Vancouver pour les personnes à mobilité réduite s'observe aussi ailleurs dans la province. Il dit que les parcs nationaux et provinciaux, ainsi que les grands centres de ski, dont il est friand, font d’énormes efforts pour rendre leurs lieux accessibles, comme c'est le cas à Whistler ou Grouse Mountain .

Aubert reconnaît que Vancouver a certains avantages. Le climat ici est favorable pour l’accessibilité.

Le couple veut maintenant profiter des dernières semaines dans la région de Vancouver, avant de prendre la route vers leur Québec natal.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Colombie-Britannique et Yukon

Transport en commun