•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

30 jours de prison pour des propos haineux envers les musulmans

Gros plan sur le visage de Pierre Dion

Pierre Dion fait face à des accusations d'incitation à la haine.

Photo : Tirée de la vidéo de Pierre Dion sur You Tube

Radio-Canada

Pierre Dion, reconnu coupable le 22 mai dernier d'avoir incité à la haine sur les réseaux sociaux, a reçu une peine de 30 jours de prison, mardi.

Le résident de Terrebonne, au nord de Montréal, avait diffusé deux vidéos de lui-même dans lesquelles il prenait la défense d'Alexandre Bissonnette, l'auteur de la fusillade qui avait fait six morts et cinq blessés graves au Centre culturel islamique de Québec.

Pierre Dion, 49 ans, avait mis sa première vidéo sur les réseaux sociaux le 28 janvier 2019 et la deuxième le 29, soit deux ans jour pour jour après la tuerie.

Le 22 mai dernier, le juge Gilles Garneau, de la Cour du Québec, a statué que les propos de Pierre Dion étaient « remplis de préjugés », notamment lorsqu’il a invité les Canadiens à « sortir les musulmans du pays ».

Pour le juge, il ne fait pas de doute que cette déclaration incitait à la haine.

Pierre Dion avait aussi qualifié l’immigration musulmane d’invasion et dénoncé les médias sociaux, qu’il accusait de le censurer.

Le ministère public avait réclamé des travaux communautaires alors que la défense avait plaidé pour une période de probation d'un an et demi, des restrictions liées à l'usage d'Internet et un don de 1500 $ à une association musulmane.

Le juge Garneau, de la Cour du Québec, a toutefois choisi l'incarcération, mais de manière discontinue, de sorte que Pierre Dion pourra purger sa peine à raison d'une journée par semaine à compter du 21 juin.

CORRECTIF

Une version précédente de ce texte affirmait que Pierre Dion avait fait l'éloge d'Alexandre Bissonnette. Il est plus exact de dire qu'il a pris la défense de Bissonnette.

Nous avons également corrigé la date de publication des vidéos de Pierre Dion, mises en ligne sur YouTube les 28 et 29 janvier et non les 27 et 28 janvier 2019.

Lire la révision de l'ombudsman de Radio-Canada à ce sujet (Nouvelle fenêtre).

Aucune excuse, selon le juge

Le magistrat a déclaré que M. Dion n'avait aucune excuse pour le crime qu'il a commis. Il a aussi affirmé que le crime perpétré et les propos « odieux » qui ont été tenus ont ajouté une peine supplémentaire à la communauté musulmane, déjà éprouvée par la fusillade.

De plus, le juge a dit ne pas croire aux excuses faites par M. Dion, qui a cru à tort que sa liberté d'expression était sans limites, d'ajouter le magistrat.

Pierre Dion, qui n'en était pas à ses premiers démêlés avec la justice pour des gestes similaires sur le web, a insulté les journalistes présents à l'audience au palais de justice de Laval, mardi.

Avec les informations de Geneviève Garon et de La Presse canadienne

Procès et poursuites

Justice et faits divers