•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Croissance et optimisme au Port de Sept-Îles

Le quai multiusager de Sept-Îles, dans le secteur de Pointe-Noire.

Le quai multiusager de Sept-Îles, dans le secteur de Pointe-Noire.

Photo : Radio-Canada

Djavan Habel-Thurton

L’année 2018 au Port de Sept-Îles aura été marquée par le démarrage de l’activité du quai multiusager qui a notamment permis une augmentation marquée du chiffre d’affaires de l'organisation. Une infrastructure que le Port espère rentabiliser alors que le prix du fer de la Côte-Nord augmente.

L’entrée en service du quai aura permis au Port d’augmenter le tonnage qui y a transité malgré le conflit de travail à Rio Tinto-IOC lors du premier trimestre de 2018.

Selon Pierre Gagnon, le président-directeur général (pdg) du Port de Sept-Îles, c’est 4 millions de tonnes de minerai de fer de plus qui auraient été exportées de la Côte-Nord s’il n’en avait pas été de cette grève.

Malgré tout, le tonnage qui a transité par le port a augmenté de 4,7 %, passant de 24,2 millions de tonnes en 2017 à 25,3 millions en 2018.

Pour les quatre premiers mois de l'année 2019, le tonnage transbordé s'élève à 7 550 000 tonnes. Il s’agit d’un peu plus de 1 850 000 tonnes qu’à la même date en 2018.

Pour M. Gagnon, qui dressait récemment le portrait de l’année 2018 pour l’Assemblée générale annuelle du Port, le quai multiusager arrive à point nommé pour profiter de la demande actuelle pour le fer de la Côte-Nord.

Il est devant une photo du quai multiusager local

Le président-directeur général du port de Sept-Îles, Pierre Gagnon

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Mageau

« Notre infrastructure ne peut pas arriver à un meilleur moment dans le cycle du marché du fer. Après les années difficiles comme 2016 avec un prix de 40 $ US la tonne, ces jours-ci on avoisine les 100 $ US, il y a une demande pour le minerai de fer canadien en raison de sa pureté », explique-t-il.

Beaucoup plus de revenus, beaucoup plus de dépenses

Le chiffre d'affaires du Port de Sept-Îles a augmenté d’environ 80 % en 2018 par rapport à l'année précédente.

Selon les états financiers de l'organisation, il est passé de 8 850 000 $ en 2017 à plus de 16 000 000 $ pour l'exercice financier qui s'est terminé le 31 décembre dernier.

Une augmentation substantielle des charges d’exploitation a aussi eu lieu. Elles sont passées de 6,7 millions à 12,7 millions de dollars.

Vers une collaboration régionale

Le Port de Sept-Îles a aussi annoncé une entente avec Port-Cartier dans le but de « mettre en valeur les infrastructures portuaires régionales ».

« Nos infrastructures peuvent apporter des solutions concrètes pour qu’on puisse se servir de l’économie bleue et de l’autoroute bleue qui est à côté de nous », avance Pierre Gagnon.

Il donne l’exemple d’une collaboration qui permettrait de transférer une partie du transport routier lourd de la route 138 vers le transport maritime.

Le pdg insiste sur l’importance économique des deux ports.

« Lorsque l'on regroupe les volumes de Sept-Îles et Port-Cartier pour l’acier, l’aluminium et le grain par exemple, on a une activité presque deux fois plus grande que ce qui se déplace sur la voie maritime vers le cœur du continent », conclut-il.

Côte-Nord

Infrastructures