•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les « catios », ces nouveaux patios pour chats

Une chat dans une cage

La SPCA de la Colombie-Britannique encourage les propriétaires de chats à adopter cet enclos dont l'idée vient de Portland.

Photo : Radio-Canada / Enzo Zanatta/CBC

Radio-Canada

On connaissait les patios, voici maintenant la version créée sur mesure pour les chats. Les « catios » sont des enclos conçus pour laisser les félins prendre l’air sans danger.

La Société pour la prévention de la cruauté envers les animaux (SPCA) de la Colombie-Britannique espère que cette idée venue de Portland séduira les propriétaires de chats dans la province.

Elle veut les convaincre d’utiliser ces structures qui protègent aussi bien les félins que les oiseaux de passage.

Déjà convaincue, Mary Chow en a construit un modèle pour ses chats. Elle a assemblé son « catio » en une semaine. Il ressemble à un paravent grillagé construit à partir d’étagères.

Une dame asiatique portant une casquette devant une cage à chats.

Mary Chow réside à Kitsilano où elle a construit un enclos pour protéger ses chats.

Photo : Radio-Canada / Enzo Zanatta/CBC

Lorsqu'elle a adopté ses chats, Mary Chow a dû signer un accord stipulant que ses nouveaux compagnons devaient rester des animaux d’intérieur.

L’une des raisons est vraiment de les laisser sortir dans un environnement sécuritaire.

Mary Chow, propriétaire de chats

Dimanche dernier, la SPCA a organisé une tournée de sept « catios » afin de promouvoir ce concept en Colombie-Britannique.

Sa porte-parole, Marieke van der Velden, dit que l’idée est née il y a environ huit ans à Portland et qu’elle s’est répandue en Amérique du Nord.

« Nous pensons qu’il était temps que Vancouver ait un aperçu de cette tendance », affirme-t-elle.

Marieke van der Velden rappelle que les chats en liberté font face à divers dangers : être percutés par une voiture, se battre avec d’autres chats ou entrer en contact avec des produits toxiques.

Pour les propriétaires inquiets, l’enclos contribue à prévenir les dangers extérieurs et à empêcher le chat de chasser.

La SPCA a aidé Mary Chow à construire son « catio », qu'elle a payé quelques centaines de dollars. L'enclos est rattaché à ses fenêtres extérieures et comporte une rampe, des étagères et même un hamac.

« J’espère vraiment que l’idée va prendre ici parce que j’ai eu un chat qui a été renversé par une voiture quand il s’est échappé de la maison.Alors je trouve que ça donne plus de chances au chat d’être dehors dans un environnement sécuritaire », conclut-elle.

Avec les informations de Stéphanie Mercier.

Colombie-Britannique et Yukon

Animaux de compagnie