•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cinq provinces et un territoire pressent Ottawa d'assouplir ses projets de loi sur l'industrie pétrolière

Une installation pétrolière et gazière située près de Cremona, en Alberta.

Dans une lettre envoyée à Justin Trudeau, les premiers ministres de cinq provinces et d'un territoire accusent Ottawa de se montrer indifférent à l'égard des difficultés de l'industrie pétrolière.

Photo : The Canadian Press / Jeff McIntosh

Radio-Canada

Les gouvernements de l’Alberta, de la Saskatchewan, du Manitoba, de l’Ontario, du Nouveau-Brunswick et des Territoires du Nord-Ouest demandent à Ottawa d’accepter une version fortement amendée du projet de loi C-69, qui vise à resserrer les évaluations environnementales, et d’abandonner le projet de loi C-48 sur la réduction du transport de pétrole dans le nord de la Colombie-Britannique.

Dans leur forme actuelle, ces projets de loi causeraient « des dommages à l’économie, aux emplois et aux investissements [qui se] répercuteraient d’un océan à l’autre », préviennent les premiers ministres dans une lettre envoyée le 10 juin au bureau de leur homologue fédéral, Justin Trudeau.

Ils pressent le premier ministre d’accepter les 187 amendements proposés par le Sénat au projet de loi C-69, de façon à « minimiser les dégâts ».

Sans cela, le resserrement des évaluations environnementales des grands projets énergétiques risque de créer trop d’incertitudes pour les investisseurs, allèguent-ils.

Ils demandent également à Ottawa d’abandonner l’idée d’interdire aux navires qui transportent plus de 12 500 tonnes métriques de pétrole de s’amarrer au nord de Vancouver.

Selon eux, cette mesure toucherait le pétrole brut canadien de façon disproportionnée. Ce projet de loi a survécu de justesse à un vote du Sénat, la semaine dernière.

« Nos gouvernements sont profondément inquiets de l’indifférence dont a fait preuve le gouvernement fédéral jusqu’à maintenant face à nos craintes à propos de ces lois », peut-on lire dans la lettre.

Alberta

Énergie