•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Perte de confiance » dans la transformation du système de santé au Manitoba

Des manifestants des tous les âges avec des pancartes.

Le 8 mai 2018, des dizaines de personnes se sont rassemblées à l'hôpital Concordia dans l'espoir de renverser la décision du gouvernement de fermer la salle d'urgence de l'hôpital.

Photo : Radio-Canada / Jason Empson

Gavin Boutroy

Un rapport témoigne de sérieuses préoccupations des employés du domaine de la santé à Winnipeg. Le document publié lundi porte sur la deuxième phase de la restructuration du système de santé. Il indique que le personnel est surchargé de travail et le moral est bas.

L’examen de l'assurance de la qualité a été rédigé par le docteur David Peachey, le consultant embauché par la province. Celui-ci, qui a prôné la transformation du système de santé, recommande au gouvernement d’arrêter temporairement la seconde phase du projet.

Le docteur Peachey fait état de toutes sortes de problèmes de ressources humaines tels que le risque d’épuisement professionnel, une trop grande charge de travail et un profond mécontentement chez les employés des urgences.

Il mentionne aussi des démissions aux hôpitaux Concordia et Seven Oaks en raison de l’incertitude qui plane sur l’avenir des services d’urgence.

Globalement, la confiance a été perdue [lors de la deuxième phase du remaniement], écrit leDr Peachey. Il met en cause l’absence d’une évaluation de risques adéquate.

« Consensus » sur le besoin de remanier

Le consultant affirme qu’il existe un très fort consensus dans le domaine de la santé en ce qui concerne le besoin de remanier le système de santé au Manitoba. Il relève une seule exception, le Syndicat des infirmières et infirmiers du Manitoba.

Les préoccupations des infirmières sont aggravées par un mélange d’imprévisibilité et de manque de ressource, résultat de [la transformation], écrit-il en ajoutant qu’il y a un effet immédiat et futur quant à la qualité des soins.

La présidente du Syndicat des infirmières et infirmiers du Manitoba, Darlene Jackson, affirme que le rapport ne concorde pas avec des déclarations précédentes du gouvernement provincial.

La charge de travail et les heures supplémentaires auxquelles font face les infirmières sont insoutenables, dit-elle, procéder avec un plan mal conçu qui compromet la sécurité des patient est inacceptable.

Réactions des partis

Le ministre de la Santé, Cameron Friesen, reconnaît qu’il y a eu des erreurs au courant du processus de transformation du système de santé. Nous acceptons les préoccupations des médecins et des infirmières, dit-il en parlant du manque d’écoute de la part des responsables de la transformation.

Il affirme que la province a apporté d'importants changements depuis que le Dr Peachey a soumis son rapport il y a cinq semaines.

Le chef du Nouveau Parti démocratique du Manitoba, Wab Kinew, s’interroge quant à lui sur la réaction du gouvernement. Il dit que la province a accéléré la transformation du système de santé, alors que le Dr Peachey recommandait son arrêt temporaire.

Avec des informations d'Ian Froese et de la Presse canadienne

Manitoba

Santé publique