•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nouvelle entente Netflix : un coup de pouce pour les créateurs acadiens

André Roy en entrevue.

Le scénariste et réalisateur acadien André Roy se réjouit de la nouvelle annonce de Netflix.

Photo : Radio-Canada

Camille Bourdeau

Des artisans de l’industrie du cinéma et de la télévision en Acadie voient d’un bon oeil le nouveau partenariat entre Netflix et l’Alliance des producteurs francophones du Canada. Certains émettent tout de même quelques réserves quant au déploiement de cette nouvelle entente.

Le nouveau partenariat de trois ans mettra en place un programme de perfectionnement professionnel pour les scénaristes, réalisateurs et producteurs francophones hors Québec.

L’objectif est de développer des projets afin que les créateurs aient un dossier solide lorsqu’ils iront cogner à la porte des producteurs et des diffuseurs. Si Netflix investit dans la formation, l’entreprise ne s’engage en aucun cas à diffuser les projets qui en ressortiront.

Le réalisateur et scénariste André Roy sait à quel point le développement d’un projet télévisuel peut prendre du temps, d’où l’importance d’avoir l’appui et l’argent pour le faire . Selon lui, plus il y aura d’occasions de développer des projets, plus il y a de chances que les projets soient achetés par des diffuseurs.

Depuis ce matin, avec l’annonce, il y a déjà plusieurs idées qui me sont venues en tête. J’ai appelé des amis auteurs pour voir ce qu’on voudrait proposer.

André Roy, réalisateur et scénariste acadien

Maurice André Aubin, producteur à Moncton, croit quant à lui que ce partenariat vient répondre à un besoin criant de main-d’oeuvre dans cette industrie en Acadie.

Le défi de notre industrie, c’est de développer une relève, souligne-t-il. C’est un besoin ressenti par plusieurs dans toutes les compagnies qui produisent ici, au Nouveau-Brunswick.

Maurice André Aubin, producteur à Moncton, en entrevue.

Maurice André Aubin, producteur à Moncton, fonde aussi beaucoup d'espoir dans l'entente entre Netflix et l'APFC pour la création francophone hors Québec.

Photo : Radio-Canada

L’attrait pour les régions

On va pouvoir montrer des histoires d’ici à des spectateurs partout dans le monde , se réjouit Jean-Pierre Caissie, directeur adjoint de l’Association acadienne des artistes professionnel.le.s du Nouveau-Brunswick.

On voulait que Netflix soit plus présent sur le territoire, pas seulement dans les grandes métropoles canadiennes, mais aussi ici en Acadie.

Jean-Pierre Caissie en entrevue.

Jean-Pierre Caissie, directeur adjoint de l’Association acadienne des artistes professionnel.le.s du Nouveau-Brunswick

Photo : Radio-Canada

André Roy croit aussi que la vision des créateurs en région permettra de s’éloigner des récits des grandes villes auxquels les téléspectateurs ont l’habitude.

Les gens cherchent du contenu original, et je suis confiant qu'ils vont le trouver dans les gens qui habitent hors Québec.

André Roy, réalisateur et scénariste acadien

Les gens hors Québec ont une sensibilité qui n’est pas la même, ajoute-t-il. On a été longtemps à raconter les histoires des grands centres, maintenant c’est le temps de raconter nos histoires, avec notre point de vue et notre couleur.

Un bon départ, mais aux contours encore flous

Denise Bouchard, comédienne, émet quant à elle quelques réserves à l’égard de cette nouvelle. Elle considère que le déploiement des formations est plutôt nébuleux.

Qu’est-ce que ça veut vraiment dire? se demande-t-elle. [...] C’est pour encourager à faire du mentorat, mais qu’est-ce qui vient après? Est-ce que ça donne un crédit? Est-ce qu’on a vraiment une chance d’avancement avec le réseau Netflix?

Elle attend donc d’avoir plus de détails avant de se réjouir.

La nouvelle semble alléchante, ça peut être très fantastique, mais en quoi ça consiste vraiment?

Denise Bouchard, comédienne

L’Alliance des producteurs francophones du Canada estime que, d’ici 2022, ce sont plus d’une cinquantaine de projets francophones hors Québec qui pourront être soumis à l’étape de production.

Les créateurs auront ensuite la tâche de vendre leur idée à des producteurs et diffuseurs pour mener leur projet à terme.

Nouveau-Brunswick

Cinéma