•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un policier de la GRC est accusé de voies de fait

Susan Hughson, avec un veston rose et des lunettes, parle devant un micro avec l'enseigne d'ASIRT derrière elle.

Les faits reprochés à Licio Soares remontent à septembre 2017, selon la directrice de l'ASIRT, Susan Hughson.

Photo :  CBC

Radio-Canada

Une accusation de voieS de fait a été déposée la semaine dernière contre l’officier de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) Licio Soares relativement à une mise en détention musclée à Slave Lake en Alberta, en 2017. Le policier a été filmé en train de plaquer un homme au sol et de lui asséner plusieurs coups de poing à la tête.

L’altercation s’est déroulée le 19 septembre 2017. Elle a débuté alors que le gendarme procédait à la mise en détention d’un homme de 30 ans « sous l'effet important de la drogue », qui venait d’être arrêté pour méfaits, selon l’Équipe d'intervention de l'Alberta dans les cas d'incident grave (ASIRT).

Pendant la procédure, l’homme a enlevé un de ses chandails et l’a lancé à l’officier, qui l’a attrapé.

« Dans l’incident capturé sur vidéo, il est allégué qu’en réponse à cela, l’officier a plaqué l’homme au sol, où cet homme a été à plusieurs reprises frappé à la tête, a reçu un coup de genou dans le dos, puis a eu la tête frappée contre le sol », explique la directrice de l’ASIRT, Susan Hughson.

L’homme n’a pas subi de blessures graves. Il a été accusé de voies de fait sur un agent de la paix, mais les accusations ont été suspendues lorsque la vidéo de l’altercation a été divulguée en cour. L’ASIRT a ouvert une enquête sur l’incident en décembre 2017.

Elle a déposé une accusation de voies de fait contre Licio Soares, la semaine dernière. L’agent a promis de comparaître devant la cour provinciale à Slave Lake le 10 juillet prochain. Il reste à son poste d’ici là.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !