•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un plan pour protéger les cerfs ontariens contre l’encéphalopathie

Un cerf de Virginie.
Le gouvernement ontarien a annoncé lundi une mise à jour de son plan de surveillance et d'intervention en matière d'encéphalopathie des cervidés. Photo: iStock
Miguel Lachance

Le ministère des Richesses naturelles et des Forêts (MRNF) souhaite apporter des modifications à la Loi sur la protection du poisson et de la faune pour minimiser les risques liés à l’arrivée possible en Ontario de l’encéphalopathie des cervidés, aussi appelée maladie débilitante chronique (MDC).

Le gouvernement provincial veut plus de marge de manœuvre pour agir rapidement si un cas de cette maladie se présente, en créant par exemple des zones d’intervention et de contrôle.

Selon les modifications proposées, le ministère pourrait aussi autoriser des personnes à prendre des mesures, qui seraient autrement interdites en vertu de la LPPF, si elles peuvent appuyer les efforts de lutte contre la maladie.

Par exemple, des chasseurs titulaires d'un permis pourraient abattre des cerfs qui semblent malades en dehors de la saison de chasse afin de les tester pour la MDC, seulement dans une zone de contrôle et d'intervention désignée.

Bien qu’elle n’ait pas été dépistée pour le moment en Ontario, l’encéphalopathie a été détectée chez un chevreuil au Québec, près de la frontière de l’Ontario.

Une biche et son faon sur le bord de la route. Le gouvernement veut plus de marge de manœuvre pour agir rapidement si un cas de maladie débilitante chronique devait survenir en Ontario. Photo : CBC

La maladie débilitante chronique des cervidés a d'ailleurs forcé l'abattage de près de 3000 cerfs d'un élevage dans les Laurentides.

Les orignaux et les caribous peuvent aussi être atteints d'encéphalopathie des cervidés.

La maladie est présente dans plusieurs États américains, dont les six qui sont voisins de l’Ontario.

Nous nous sommes engagés à ce que nos populations d’espèces sauvages demeurent viables ainsi qu’à soutenir une industrie qui crée des emplois et joue un rôle économique important dans notre province, a déclaré John Yakabuski, le ministre des Richesses naturelles et des Forêts.

Le ministre des Richesses naturelles et des Forêts de l'Ontario, John Yakabuski.John Yakabuski croit que le plan de son ministère aidera à protéger la faune ontarienne contre la maladie débilitante des cervidés. Photo : Gouvernement de l'Ontario

La maladie débilitante chronique des cervidés est susceptible d’être causée par la présence de protéines anormales qui se concentrent dans certaines parties du corps, dont le cerveau, la colonne vertébrale et les yeux.

Pour cette raison, il est interdit en Ontario, selon la LPPF, d’avoir en sa possession la plupart des parties du corps d’un cervidé qui a été tué à l’extérieur de la province.

La population ontarienne est invitée à commenter les changements proposés à la loi d’ici le 25 juillet sur le site du Registre environnemental de l’Ontario.

Nord de l'Ontario

Faune et flore